Principal

Coude

Symptômes et traitement de l'ostéochondrose lombaire

Qu'est-ce que l'ostéochondrose de la colonne lombaire? Comment traiter l'ostéochondrose lombaire? Et est-il vrai que l'ostéochondrose n'est pas du tout traitée? Compte tenu des statistiques d'incidence, le nombre de cas ne diminue pas chaque année. Ostéochondrose intervertébrale, affecte à la fois le corps jeune et les personnes âgées. Comment traiter l'ostéochondrose de la colonne lombaire et les principaux symptômes de l'ostéochondrose lombaire seront décrits en détail par un neuropathologiste ou un ostéopathe.

L'ostéochondrose est une affection assez commune. Sous la maladie signifie un changement dans la forme des vertèbres et une diminution de l'élasticité des disques intervertébraux, due à la malnutrition des cellules. La colonne lombaire souffre pour une raison. Étant dans la partie inférieure de la colonne vertébrale, les vertèbres prennent la charge maximale. Lorsque vous soulevez des poids, toute la force qui agit sur le corps entraîne une diminution de l'espace intervertébral, ce qui entraîne une compression des racines nerveuses. De là et commencer à montrer des signes d'ostéochondrose lombaire.

Raisons

Chaque maladie a des facteurs prédisposants qui agissent négativement sur le corps. L'ostéochondrose de la colonne lombaire a également ses causes. Les médecins n'excluent pas la cause, la transmission de la maladie au niveau génétique. On pense que si les parents ont des problèmes de malnutrition des disques intervertébraux, il y a une forte probabilité que ce problème ne contourne pas les enfants. Une des raisons les plus populaires est le travail physique dur. En soulevant le poids, la majeure partie de la charge va à la colonne vertébrale lombo-sacrée.

L'obésité n'est pas une cause moins fréquente de la maladie. Le poids supplémentaire qui s'accumule dans le corps exerce une pression sur la colonne vertébrale et provoque une douleur. Il semble qu'une violation de la posture ne mène à rien de grave, mais c'est aussi l'une des raisons de l'usure des disques intervertébraux, qui entrent dans l'ostéochondrose. Une place importante est occupée par les blessures au dos. Les ecchymoses, ou soulever des objets lourds chez un athlète mal préparé, ou une charge mal choisie, ont toujours un effet défavorable.

La cause la plus courante d'altération de la nutrition des cellules des disques est un mode de vie sédentaire.

Pour maintenir le corps est normal, une personne a besoin d'une charge modérée. Une activité locomotrice limitée ou complètement absente entraîne une diminution de la circulation sanguine. En conséquence, les muscles du dos, ne recevant pas les bons nutriments, s'affaiblissent et la charge sur la colonne lombaire augmente. De plus, au fil des ans, la colonne vertébrale devient moins mobile que chez les jeunes, l’élasticité des disques intervertébraux diminue, ce qui conduit à la maladie.

Les maladies infectieuses, ou les inflammations affectant les os ou les articulations, entraînent une modification de la structure des vertèbres. Malformations congénitales du squelette ou anomalies du développement du système musculo-squelettique. Pied plat, entraînant la destruction des segments de la colonne vertébrale, en raison du manque de dépréciation des membres. La majeure partie de la charge ne tombe pas sur les jambes, mais sur le dos, ce qui entraîne la déformation des segments. Une cause commune de diverses maladies sont les situations stressantes. Par conséquent, l'ostéochondrose lombaire et ses symptômes ne font pas exception. Un choc nerveux puissant peut déclencher le pincement des terminaisons nerveuses et provoquer une attaque de douleur. Plus souvent, le stress est la cause de l'ostéochondrose chez les femmes, elles sont plus sensibles aux émotions que les hommes.

Les symptômes

Le stade initial de la maladie, les médecins diagnostiquent rarement. Par conséquent, il est difficile d'identifier les principaux symptômes de l'ostéochondrose lombaire. La manifestation de la maladie se produit progressivement. Comme la manifestation principale est la douleur dans le bas du dos, il existe une division de la douleur en 3 groupes, qui caractérisent à leur tour les symptômes et les signes d'ostéochondrose de la colonne lombaire.

  • Lumbago - douleur paroxystique qui survient en réponse à un mouvement brusque ou à la levée de poids. En essayant de prendre une position différente, la douleur devient encore plus forte, même le lumbago.
  • Lumbalgie - la douleur augmente et devient régulière. Les fibres musculaires et les cartilages intervertébraux sont touchés. La lumbodynie est une conséquence du lumbago.
  • Lyumboishalgiya - douleur, froid ou chaleur dans la région lombaire et les membres inférieurs. Ils surviennent en réponse au pincement des racines de la moelle épinière.

Le deuxième symptôme le plus important dans le diagnostic d’une maladie est la restriction de l’activité physique, due à des sensations douloureuses. En essayant de faire son travail ou son exercice habituel, une personne ressent une douleur intense qui peut toucher toute la jambe. Même en position assise, le patient ressent des picotements du rein au pied.

Tout aussi importante est la diminution locale de la température et la décoloration de la peau, qui devient sèche et pâle. Un engourdissement, une faiblesse des muscles des membres inférieurs, parle de la progression de la maladie. La manifestation la plus grave du dernier degré d'ostéochondrose de la colonne lombaire est une violation des fonctions des organes pelviens. L'incontinence des matières fécales et de l'urine, ou inversement, retardait l'excrétion par des douleurs débilitantes constantes.

Lors du diagnostic de maladies, on distingue quatre stades d'ostéochondrose de la colonne lombo-sacrée. Les symptômes de l'ostéochondrose de la colonne lombaire sont caractéristiques pour chacune des étapes, avec des douleurs dans la région du sacrum joint.

Au cours du processus de progression de la maladie, l'ostéochondrose peut descendre jusqu'à la dernière section de la colonne vertébrale, le coccyx. La maladie s'appelle l'ostéochondrose de la colonne vertébrale sacrée. Il y a une douleur aiguë, paroxystique dans le coccyx. Les femmes souffrent le plus. Leur structure anatomique du corps, ainsi que ses modifications liées à l'âge, contribuent au développement de l'ostéochondrose intervertébrale. L'ostéochondrose chez les femmes est souvent compliquée par d'autres maladies internes.

Les symptômes de l'ostéochondrose lombo-sacrée, ont une différence, de l'ostéochondrose du bas du dos. Les symptômes se manifestent par des violations du fonctionnement des organes pelviens, ce qui rend difficile la sélection du traitement approprié et le diagnostic de la cause de la maladie. Il y a des signes tels que mictions fréquentes, incontinence d'urine et de matières fécales. S'il n'est pas correctement diagnostiqué, des complications surviennent.

Étapes de la maladie

Le traitement de l'ostéochondrose lombaire est également différent du stade de la maladie.

  1. La première, qui est la phase initiale de la maladie, est caractérisée par une manifestation de maux de dos - lumbago, spasmes musculaires, gonflement local de la peau.
  2. La deuxième étape commence par la lumbodynie. Les douleurs deviennent régulières et plus intenses qu'au stade initial. Dans les articulations de la colonne vertébrale, une mobilité non caractéristique peut apparaître, ce qui augmente la douleur. La douleur est ressentie le long du nerf sciatique. Plus rarement, les fonctions des organes internes peuvent être altérées.
  3. Le troisième stade est caractérisé par l'apparition d'une hernie intervertébrale. La colonne vertébrale est déformée, la courbure peut être gauche ou droite, il s'agit d'une scoliose, l'avant est la lordose, le dos est la cyphose. Pour cette raison, une personne est tourmentée par des douleurs aiguës et constantes.
  4. La quatrième étape, la plus difficile. En raison d'une douleur intense persistante, les mouvements du patient sont difficiles. Sans commencer le traitement à temps, une personne peut rester invalide de manière permanente.

Des complications

La complication la plus courante est la violation des fonctions du système génito-urinaire. Avec l'incontinence, l'urine et les selles, l'inflammation se produit dans les organes génitaux urinaires et dans le rectum. Avec une lésion plus prononcée des vertèbres, une irritation se produit dans la direction du nerf sciatique et de son inflammation. La protrusion discale intervertébrale, une complication très dangereuse. La protrusion est un état limite du disque intervertébral, ce qui peut conduire à la complication suivante sinon commencer le traitement à temps. Cela se produit à la suite d'un changement dégénératif passager dans la colonne vertébrale.

La conséquence de la saillie est une hernie discale. Ce qui se manifeste par un changement de forme et une rupture de la coque du disque intervertébral.

Une compression constante des racines nerveuses de la moelle épinière et une inflammation entraînent des complications telles que la sciatique.

Il peut y avoir une obstruction complète du canal rachidien. En raison de l'instabilité dans la région lombo-sacrée, il existe une congestion du pelvis chez l'homme, ce qui conduit à l'impuissance. Chez la femme, cela entraîne des maladies inflammatoires de l'utérus, des ovaires et des appendices. Au niveau des reins, il s'agit d'une colique rénale, qu'ils ne peuvent éliminer avant d'avoir commencé à traiter l'ostéochondrose du bas du dos. La paralysie des membres inférieurs, qui peut enchaîner une personne à un fauteuil roulant. Le diagnostic et le traitement opportuns, l'ostéochondrose de la colonne lombaire, aident à prévenir ces complications et à prévenir les incapacités.

Traitement

Examinons les symptômes et le traitement de l’ostéochondrose lombaire. Dans les temps modernes, la médecine est capable de récupérer une personne souffrant d'ostéochondrose. Le traitement de l'ostéochondrose de la colonne lombo-sacrée dure longtemps. Une personne malade atteinte d'ostéochondrose intervertébrale, apparue pour la première fois, se demandera toujours si l'ostéochondrose peut être guérie et comment se débarrasser de lui pour toujours.

Que faire L'ostéochondrose de la colonne vertébrale inférieure est-elle traitée? Tout d'abord, vous devez complètement réviser votre style de vie. Faites certaines conclusions. Passez à l'objectif chéri du traitement, vous avez besoin de tous les jours sans interruption. Dans l'ostéochondrose de la colonne lombaire, un traitement complexe de la maladie revêt une importance primordiale. Le traitement de l'ostéochondrose lombo-sacrée implique plusieurs techniques.

Conservateur

Le traitement conservateur est basé sur des techniques de massage qui, si elles sont correctement exécutées, peuvent soulager les spasmes musculaires et améliorer la nutrition des fibres musculaires. En améliorant le trophisme, le corset des muscles du dos est renforcé. La posture prend l'emplacement correct, ce qui détermine l'apparition de divers problèmes avec la colonne vertébrale. Les cours de physiothérapie pour l'ostéochondrose lombaire sont très utiles, mais vous devez faire de l'exercice pendant la rémission, entre les exacerbations. En étant engagé dans la période aiguë de la maladie, vous ne pouvez qu'aggraver la situation et nuire à votre santé.

La thérapie manuelle s'applique également au traitement conservateur. Elle doit être effectuée par un professionnel spécialement formé à cette technique. Grâce à cette thérapie, la colonne vertébrale peut être remise dans la position souhaitée. Parfois, cette méthode est la plus efficace. Une telle procédure est nécessaire dans la période subaiguë.

Le respect des régimes alimentaires, les personnes souffrant d'obésité, le maintien d'un mode de vie sain et le respect d'un régime alimentaire sain n'empêcheront personne. Et les personnes atteintes de cette maladie en bénéficieront seulement. Depuis le surpoids, c'est l'une des causes de l'ostéochondrose. Un traitement tout aussi efficace est la physiothérapie. La magnétothérapie, UHF peut, avec un traitement à long terme, améliorer la circulation sanguine de la zone touchée par l'ostéochondrose lombaire. Ils ont également un effet vasodilatateur et analgésique.

Traitement de type médicamenteux. Comment guérir l'ostéochondrose du médicament pour la colonne lombaire? Quel devrait être le traitement, toutes ces questions sont très intéressées par une personne malade. Le traitement est divisé en deux types. Dans le premier cas, pendant la période aiguë d'ostéochondrose intervertébrale, les médicaments visent à éliminer la douleur et l'inflammation. Appliquez des fonds qui libèrent les racines bloquées des nerfs spinaux. Ceux-ci incluent les relaxants musculaires, les glucocorticoïdes, le blocage, les AINS. Pour la deuxième période, entre les exacerbations, des moyens sont utilisés pour améliorer la circulation sanguine, restaurer les fibres musculaires et nerveuses, ainsi que les tissus endommagés. À cette fin, des vitamines et des préparations d’origine végétale et animale sont utilisées.

Pour améliorer la circulation sanguine, utiliser des préparations vasculaires, ainsi que des onguents chauffants et analgésiques.

Opérationnel

Les neurochirurgiens pratiquent des opérations microchirurgicales et endoscopiques sur la colonne vertébrale. Ces méthodes sont plus courantes et nécessitent le retrait en cas d'échec des autres traitements. Lorsqu'ils ne produisent pas l'effet d'un traitement médicamenteux et que des complications telles qu'une hernie apparaissent, une opération visant à retirer le disque affecté est indiquée.

Prévention des maladies

La prévention de l’ostéochondrose lombaire consiste à éliminer les facteurs de risque responsables de cette maladie. Afin de ne pas penser à la manière de guérir l'ostéochondrose lombaire, il est nécessaire de prévenir son apparition. L'élimination des causes est la principale mesure préventive.

L'activité physique normalisée, le renforcement des muscles du dos, la prévention de la charge maximale sur la colonne lombaire, la prévention du développement de maladies conduisant à l'ostéochondrose, constituent autant de mesures préventives pour prévenir les symptômes de l'ostéochondrose lombo-sacrée. En adhérant à ces principes simples, vous maintenez votre santé et prolongez votre vie. Après tout, sans traitement ni prévention, vous ne pouvez jamais revenir à une vie bien remplie

Ostéochondrose lombaire - symptômes, causes et traitement

Douleur au dos ou au bas du dos - les plaintes les plus fréquentes des patients en médecine générale. Ils occupent la deuxième place (après les maladies respiratoires) en termes de fréquence des demandes de soins médicaux. Un grand nombre de maladies sont douloureuses. Mais la cause la plus fréquente est l'ostéochondrose lombaire, dont nous allons examiner les symptômes et le traitement dans cet article.

Plus récemment, la médecine a considéré cette affection comme une modification de la colonne vertébrale liée à l’âge, associée aux processus de vieillissement naturel du corps humain.

L’ostéochondrose lombaire est aujourd’hui considérée comme une maladie assez grave qui touche les personnes de tous âges. Actuellement, l'incidence a une forte tendance au rajeunissement, la maladie étant de plus en plus souvent diagnostiquée chez les moins de 30 ans.

Les causes

La cause du développement de l'ostéochondrose lombaire n'a pas encore été établie. Mais face à cette pathologie, il est souvent possible de déterminer qui est le plus susceptible à la maladie, est à risque.

  1. Mode de vie passif. Cela inclut les personnes principalement sédentaires. En position assise, les muscles du corset se détendent, ce qui augmente la charge sur la colonne lombaire.
  2. Les troubles métaboliques hormonaux et les maladies endocriniennes peuvent nuire au métabolisme dans les tissus de la colonne vertébrale et contribuer au développement de l'ostéochondrose.
  3. Diverses anomalies congénitales et acquises dans la structure du système musculo-squelettique - courbure des jambes et de la colonne vertébrale, pieds plats.
  4. La présence de lourdes charges physiques permanentes sur la colonne vertébrale, en particulier le soulèvement d'objets lourds. Dans ce cas, nous pouvons également parler de maladie professionnelle dans des catégories telles que les athlètes d'haltérophilie et les personnes dont les tâches professionnelles sont associées à la levée constante d'objets lourds.
  5. Régime alimentaire quotidien et quotidien malsain, stress régulier, manque de temps de sommeil, altération des processus métaboliques.

Les éléments ci-dessus sont les facteurs les plus fréquents qui créent les conditions préalables au développement de la maladie.

Degrés d'ostéochondrose lombaire

Les manifestations de la maladie dépendent du degré de pathologie. Il y a quatre degrés d'ostéochondrose:

  1. Période de changement et mouvement du noyau gélatineux à l'intérieur du disque. Il existe des douleurs dues à l'irritation des terminaisons nerveuses de l'anneau fibreux et des ligaments longitudinaux. Le patient ressent une gêne locale dans la partie de la colonne vertébrale où le disque affecté est: douleur aiguë ou mal de dos (lumbago), douleur sourde de nature permanente (lumbodynie).
  2. La période de destruction de l'anneau fibreux du disque. Elle se caractérise par l'apparition d'une instabilité et une augmentation de la mobilité des vertèbres, ce qui provoque une tension musculaire prolongée et persistante. Le patient ressent des symptômes tels que fatigue constante des muscles du bas du dos, inconfort,
  3. La période de rupture de l'anneau fibreux et la libération de la substance du noyau gélatineux vont au-delà de ses limites avec la formation d'une hernie discale. Les syndromes de racines observés, associés à la compression des racines nerveuses, ont laissé tomber des fragments.
  4. La colonne vertébrale est gravement déformée. La fonction motrice humaine est difficile. Le principal problème à résoudre est l’invalidité du patient. Cependant, il faut souligner qu’à ce stade de la maladie, la douleur est pratiquement absente. Mais ce n'est pas un signal pour suspendre la maladie, bien au contraire.
  5. Il y a une croissance pathologique du tissu osseux, qui aggrave encore la maladie.

La manière de traiter l'ostéochondrose de la colonne lombaire dépend directement de l'étendue de la lésion et fait appel à des techniques médicamenteuses, non médicamenteuses et chirurgicales.

Symptômes de l'ostéochondrose de la colonne lombaire

En cas d'ostéochondrose de la colonne lombaire, le symptôme principal est la douleur. La nature de la douleur, le lieu de l'apparition et le sens de la propagation dépendent du récepteur recevant une irritation, c'est-à-dire de l'ampleur des modifications du disque et des tissus environnants, d'une saillie ou déjà d'une hernie, du sens de formation de la saillie, etc.

Nous énumérons les principaux symptômes de l'ostéochondrose lombaire:

  1. Douleur dans la colonne lombaire, caractère gémissant, aggravée par des mouvements brusques, changement de la position du corps, long séjour dans une position. La réduction de la douleur se produit lorsque vous prenez une position horizontale;
  2. Avec la douleur dans la colonne lombaire, l'ostéochondrose peut donner une sensation de faiblesse dans le bas du torse et les jambes, ainsi qu'une perte des réflexes tendineux des membres inférieurs.
  3. La courbure de la colonne lombaire est souvent observée. En fonction de l'endroit où la courbure est observée, on distingue la scoliose (courbure de la colonne vertébrale à droite ou à gauche), la lordose (courbure en avant) et la cyphose (lissage de la flexion lombaire);
  4. Dans le cas où l'ostéochondrose provoque un clampage et un dysfonctionnement de la moelle épinière, le patient peut avoir des urines et des selles non contrôlées.
  • refroidissement de la peau et engourdissements dans la région lombaire, les fesses;
  • sécheresse, desquamation, peau bleue au bas du dos et aux fesses;
  • violation de la transpiration dans la région des fesses;
  • violation de la miction;
  • dysfonction érectile.

Ces symptômes indiquent l'apparition de la maladie et nécessitent une intervention médicale. Le traitement de l'ostéochondrose peut être effectué à domicile ou à domicile.

Diagnostics

Le diagnostic de l'ostéochondrose implique l'utilisation de diverses méthodes, principalement la palpation de la colonne lombaire. Pour confirmer le diagnostic, le patient est envoyé pour examen à l'aide d'un équipement de diagnostic.

  1. La radiographie aide à évaluer l'état de la colonne vertébrale et de chaque vertèbre séparément. L'intégrité des disques intervertébraux et du canal rachidien est également évaluée indirectement.
  2. La tomographie détermine le degré d'endommagement des terminaisons nerveuses et de la muqueuse de la moelle épinière. Et aussi évaluer l'état des disques intervertébraux.
  3. IRM - utilisé pour le diagnostic final.

Un diagnostic correct aidera à comprendre comment traiter l'ostéochondrose lombaire et quels médicaments et quelles procédures seront nécessaires à cet effet.

Des complications

L'ostéochondrose de la colonne lombaire peut provoquer des saillies et des hernies en raison de charges importantes sur cette partie de la colonne. Ce sont ces complications qui se développent très rapidement, il est donc très important de les traiter rapidement.

En outre, l'ostéochondrose peut être compliquée par:

  • inflammation du nerf sciatique;
  • spondylarthrose;
  • Hernie de Schmorl;
  • ostéophytose, spondylose;
  • sténose de la colonne vertébrale avec compression et altération de l'activité de la moelle épinière;
  • compression de la "queue de cheval" avec un trouble du fonctionnement des organes pelviens;
  • en boitant;
  • parésie des membres inférieurs.

Prévenir la progression des complications est possible avec un diagnostic rapide et un traitement complexe.

Traitement de l'ostéochondrose de la colonne lombaire

Lorsque l’ostéochondrose lombaire est diagnostiquée, le traitement nécessite un traitement complexe et complexe, ce qui implique:

  • exercice modéré;
  • l'utilisation de médicaments;
  • traction de la colonne vertébrale;
  • thérapie manuelle;
  • physiothérapie;
  • massage

Le schéma thérapeutique de l’ostéochondrose vise à:

  • élimination du processus inflammatoire;
  • réduction de la douleur lombo-sacrée;
  • renforcement des muscles de la région lombaire, des fesses, des jambes;
  • élimination de la tension musculaire pathologique;
  • améliorer le fonctionnement des organes pelviens;
  • régulation de la circulation sanguine et des processus métaboliques dans la zone touchée;
  • rétablissement de l'amplitude normale du mouvement dans le bas du dos et sensibilité accrue des membres inférieurs.

L'intervention chirurgicale n'est utilisée que dans certains cas.

Traitement de la toxicomanie

Un tel traitement de l'ostéochondrose de la colonne lombaire implique la prise de comprimés, d'injections et de médicaments externes (onguents et gels). Les médicaments utilisés pour combattre cette maladie, soulager la douleur et arrêter les processus inflammatoires.

En fonction des manifestations, le médecin peut prescrire différentes pilules pour l'ostéochondrose du bas du dos:

  • analgésiques (analgésiques);
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (naklofen, diclofenac, etc.);
  • des relaxants musculaires pour soulager les spasmes musculaires dus à la douleur;
  • chondroprotecteurs, restauration du tissu cartilagineux (chondroxyde);
  • corticostéroïdes (prescrits si tous les autres traitements n'ont pas aidé);
  • préparations de vitamines.

Très souvent, dans le traitement de l'ostéochondrose, il est prescrit des pilules qui apaisent le système nerveux, ainsi que des antidépresseurs qui combattent les situations stressantes et la dépression.

Physiothérapie pour l'ostéochondrose lombaire

En règle générale, pour le traitement de l'ostéochondrose, certains médicaments ne suffisent pas. Les procédures de physiothérapie sont utilisées pour éliminer la douleur, soulager les spasmes musculaires, stimuler les processus métaboliques et réparateurs:

  • amplipulse;
  • phonophorèse;
  • courants diadynamiques;
  • darsonvalization;
  • thérapie par résonance magnétique;
  • thérapie au laser.

Le massage est prescrit lorsque le symptôme principal de la douleur est éliminé ou pendant la rémission en cas de pathologie chronique. Il sert à détendre les muscles tendus. Il est souvent associé à des procédures de réchauffement ou à un sauna. Cela aidera à renforcer l'effet relaxant sur le tissu musculaire et à stimuler la circulation sanguine.

La thérapie manuelle, qui est effectuée uniquement par un spécialiste dans ce domaine de traitement, augmente la circulation sanguine de la moelle épinière, met en place les disques vertébraux déplacés.

Gymnastique thérapeutique

L'ensemble des exercices physiques utilisés dans le diagnostic de l'ostéochondrose lombaire devrait contribuer à augmenter la mobilité de la colonne lombaire.

La gymnastique médicale ne sera pas efficace si les exercices sont effectués de temps en temps. Le principe de base de la thérapie par l'exercice est la régularité. Effectuer constamment une série d'exercices spécifiques aidera à éliminer les processus destructeurs des articulations intervertébrales.

Intervention chirurgicale

Habituellement, le médecin ne prescrit une intervention chirurgicale que lorsque de graves complications apparaissent. Par exemple, la hernie intervertébrale. Le type d'intervention chirurgicale le plus courant est l'ablation d'un disque endommagé (discectomie).

Cette opération est considérée comme la méthode la plus productive dans ce cas, mais en même temps, elle n'est prescrite que si les autres méthodes de traitement n'apportent pas de résultats dans les six mois. De plus, la méthode de traitement microchirurgical et endoscopique de la colonne vertébrale est courante.

Conséquences et complications de l'ostéochondrose

L'ostéochondrose est une altération dégénérative-dystrophique de la structure des disques intervertébraux, du tissu conjonctif et du tissu osseux de la colonne vertébrale. Le traitement inopportun ou inefficace de la maladie menace les troubles fonctionnels de nombreux systèmes corporels. Migraine, problèmes auditifs, infertilité ne sont pas les seules complications de l'ostéochondrose. Dans les cas avancés, la hernie intervertébrale se développe sur le fond de la maladie.

Image du développement de l'ostéochondrose

La colonne vertébrale humaine est une structure composée de vertèbres et de disques situés entre elles. En raison de sa structure (par type de segment), la colonne vertébrale remplit deux fonctions essentielles: le soutien et le moteur.

Les disques intervertébraux sont l’un des éléments les plus importants de la colonne vertébrale. Ils sont une sorte d’amortisseurs, assurent la mobilité et la flexibilité des articulations intervertébrales. Le noyau pulpeux est situé au centre du disque. Il est à son tour entouré d'un anneau fibreux puissant (anneau fibreux).

Les processus dégénératifs qui affectent les disques intervertébraux en premier lieu entraînent une diminution de leur densité, la perte de leurs fonctions d’amortissement. La conséquence de tels changements est une mobilité excessive de la colonne vertébrale, affectant les articulations faciales, les muscles et les ligaments.

Les structures paravertébrales impliquées dans les processus destructifs provoquent une compression (compression) de la moelle épinière et de ses terminaisons nerveuses. En conséquence, le patient atteint d'ostéochondrose ressent une douleur qui s'accompagne de tels symptômes et maladies:

  • mal de tête sévère, migraine;
  • acuité visuelle réduite;
  • perte auditive partielle;
  • radiculopathie (sciatique);
  • dysfonctionnement autonome (IRR);
  • dysfonctionnement du système urogénital;
  • sciatique (compression du nerf sciatique);
  • hernie intervertébrale;
  • spondylarthrose;
  • lumbago, lumbodynie;
  • ostéophytose, spondylose;
  • sténose spinale.

Mal de tête

L'ostéochondrose cervicale s'accompagne souvent de maux de tête, car c'est dans cette section que se situe l'artère vertébrale, responsable de l'apport de sang et d'oxygène au cerveau.

À mesure que l'ostéochondrose progresse, les disques perdent leur force et leurs fonctions d'absorption des chocs. Même de petites charges sur le dos provoquent leur déplacement, ce qui entraîne une mobilité excessive des segments moteurs vertébraux (vertèbres) et la croissance de formations osseuses sur leur corps. En se déformant, les vertèbres exercent une pression sur l'artère vertébrale, empêchant ainsi le sang et l'oxygène de pénétrer dans les tissus cérébraux.

En général, l'apparition de maux de tête dans les maladies de la colonne vertébrale causées par:

  • compression des nerfs et des artères paravertébraux;
  • spasmes musculaires;
  • syndrome hypertensif;
  • terminaisons nerveuses pincées.

Les attaques douloureuses se produisent lors de mouvements brusques et de petits tours de tête. Nausées, vomissements, sensation de faiblesse dans le corps, augmentation de la pression, irritabilité excessive. Parfois, il y a des douleurs dans les omoplates, les épaules, les fonctions du système cardiovasculaire (caractéristique de l'ostéochondrose cervicale compliquée) sont violées.

Des pommades chauffantes peuvent être utilisées pour soulager la douleur: elles augmentent la circulation sanguine dans les muscles du cou, soulageant ainsi les spasmes douloureux.

Lors de fortes crises de douleur, vous devez vous coucher pour assurer une relaxation complète des muscles de la colonne vertébrale.

Un massage du cou ou de la tête pendant l'attaque n'est pas souhaitable. Il accélère la circulation sanguine mais n'affecte pas le centre de la douleur. Il ne peut qu’augmenter, ce qui a pour effet d’empirer le patient. Autoriser l'utilisation de compresses froides.

Vision floue

L'ostéochondrose cervicale s'accompagne parfois d'une détérioration de la vision, car les artères (vertébrale et carotidienne) sont situées dans la colonne cervicale, fournissant un flux de sang aux structures visuelles centrales.

La compression des vaisseaux paravertébraux et des racines nerveuses provoque des dysfonctionnements de nombreuses parties du cerveau, une hypoxie de l'analyseur visuel (vision réduite). Une diminution du niveau d'oxygène dans les tissus cérébraux, une détérioration de la conductivité des impulsions nerveuses indiquent un cours compliqué de la maladie et nécessitent un traitement immédiat.

En plus de réduire la vision, avec ostéochondrose cervicale, l'apparition d'un syndrome de l'artère vertébrale, qui se caractérise par:

  • éclats de taches multicolores, points noirs («chair de poule») devant les yeux;
  • brouillard ou assombrissement des yeux;
  • vision divisée;
  • réduction de l'acuité visuelle et de la portée;
  • vertiges (avec des mouvements brusques);
  • nausée, alternance de vomissements;
  • tension, douleur dans les yeux.

L'examen des patients atteints du syndrome de l'artère vertébrale montre un rétrécissement des vaisseaux artériels de la rétine, parfois un gonflement du nerf optique. Sur le fond de l'ostéochondrose cervicale, un glaucome se développe parfois (accompagné d'une douleur grandissante due à une pression intraoculaire élevée).

Compression des racines nerveuses. La figure montre la saillie du disque intervertébral, qui s'étend au-delà de la vertèbre et exerce une pression sur les racines nerveuses.

Déficience auditive

La perte d'audition (généralement 25-30%), le bruit et les acouphènes, ainsi que des vertiges occasionnels sont des symptômes associés à l'ostéochondrose cervicale résultant de la compression des racines nerveuses de la moelle épinière et de l'artère vertébrale.

Des exercices spéciaux aident à améliorer l'audition: écouter de la musique et regarder la télévision à faible volume. Un résultat positif et donne des oreilles de massage.

Aux premiers symptômes de maladie de la colonne vertébrale ou de déficience auditive, il est nécessaire de contacter un établissement médical. En effet, la surdité partielle est souvent une complication de l'ostéochondrose et nécessite l'adoption de mesures thérapeutiques.

Radiculopathie (radiculite)

La radiculite est l’un des maux les plus célèbres et les plus fréquents de la colonne vertébrale et touche 10% de la population âgée de 40 ans. La maladie se caractérise par des lésions des nerfs de la moelle épinière, une parésie périphérique (douleur, troubles de la sensibilité de type radiculaire).

Le développement de la radiculite repose sur des modifications dégénératives de la colonne vertébrale, affectant les disques, les os, le cartilage et le tissu conjonctif. La déformation progressive des structures intervertébrales entraîne une saillie du noyau pulpaire à partir de l'anneau fibreux environnant, la formation de croissances osseuses sur les vertèbres (ostéophytes).

Le résultat de ces modifications de la colonne vertébrale est une compression de la moelle épinière, des vaisseaux sanguins et des racines de la colonne vertébrale (la circulation sanguine se détériore). La conséquence d'un faible débit sanguin dans les tissus du cerveau et de la moelle épinière est la survenue de tels symptômes:

  • paralysie des membres (tétraplégie);
  • paraplégie inférieure;
  • syndromes neurologiques (Brown-Sekar, Personnage-Turner, Adamkevich, Preobrazhensky, Stanilovsky-Tanon);
  • dysfonctionnement du cerveau (insuffisance vertébro-basilaire).

Il existe différentes formes de radiculopathie. Les principaux critères déterminant le type de maladie:

  1. Lieu de localisation. Selon cette classification, la sciatique est:
    • cervical;
    • la poitrine;
    • lombaire;
    • lombo-sacrée;
    • mixte
  2. Type de structures endommagées. Il existe de telles formes de sciatique:
    • vertébrogène;
    • discogène.

La classification des formes de la maladie, en fonction du lieu où elle se produit, du type et de l'intensité de la blessure, permet de déterminer la cause de la douleur et de choisir le traitement approprié.

Pour le traitement de la maladie, prescrire des analgésiques, des analgésiques et des tranquillisants (Eglonil, Fénazépam, Phenibut, Relanium), un blocage de Novocaïne-hydrocortisone.

Pour la sympatalgie, Finlepsin est utilisé en association avec des antidépresseurs (par exemple, l’amitriptyline) et des sédatifs. Pour soulager la douleur, des injections dans le corps vitré et de la vitamine B12 (en grande quantité - de 1 000 à 2 000 mg) sont administrées.

Dans les cas difficiles, lorsque les méthodes standard de traitement de la maladie sont inefficaces ou ne donnent aucun résultat positif, un traitement par perfusion est prescrit: des analgésiques (Baralgin) sont administrés avec des corticostéroïdes, de la novocaïne et des médicaments antiallergiques par voie intraveineuse.

Lumbago

Lumbago - une attaque de douleur lombaire aiguë causée par une compression et une irritation des nerfs de la moelle épinière. En règle générale, il se manifeste par une hernie de la colonne vertébrale ou une ostéochondrose, après avoir soulevé du poids.

La douleur la plus sévère au début de l'attaque. Cela dure environ 30 minutes, mais parfois plus longtemps - quelques heures. Ensuite, l'intensité des spasmes diminue. La prochaine attaque de douleur survient la nuit et passe le 7ème jour. Avec un traitement adéquat et opportun, les symptômes disparaissent complètement après 5 à 8 semaines.

Selon le degré de compression des racines de la moelle épinière, une manifestation du lumbago peut être:

  • douleur lombaire aiguë;
  • spasmes musculaires du dos;
  • diminution des fonctions motrices de la colonne vertébrale dans la colonne lombaire.

Le symptôme principal indiquant l’apparition de la maladie est une pulsation, une douleur traversante ou une douleur perçante irradiant vers les muscles dorsaux, la cuisse, le fessier.

L'évolution de l'ostéochondrose peut être accompagnée d'une lumbodynie. L'apparition de la douleur est précédée par des blessures au bas du dos, de lourdes charges sur la colonne vertébrale et une hypothermie. Contrairement au lumbago, la lumbalgie dure d'un mois à plusieurs années.

La tâche principale des médecins dans le traitement du lumbago est d'empêcher l'apparition de nouvelles attaques de douleur. C'est pourquoi, dès les premiers signes de maladie, il est urgent de consulter un médecin.

Le traitement du lumbago est effectué avec des pommades anti-inflammatoires non stéroïdiennes, des suppositoires, des injections et des médicaments qui éliminent les spasmes musculaires. Pendant toute la durée du traitement (1 semaine), il est nécessaire de respecter strictement le repos au lit.

Les onguents chauffants sont utilisés trois jours après l'attaque, car leur utilisation pendant la période aiguë menace d'une augmentation de la douleur et du gonflement.

Sciatique

La sciatique est due à la compression du nerf sciatique dans la colonne lombo-sacrée et se manifeste sous la forme d'un complexe de symptômes.

Un nerf sciatique pincé provoque de vives douleurs au dos, qui irradient souvent jusqu'à la fesse ou la cuisse, la partie inférieure de la jambe. Les symptômes de la sciatique sont:

  • douleur douloureuse;
  • raideur musculaire;
  • manifestation de douleur dans différentes parties du corps (d'abord dans la fesse, puis dans le bas du dos et la jambe);
  • douleurs de tir sévères (leur intensité augmente souvent à un point tel qu'il est impossible de s'asseoir, de marcher ou même de dormir);
  • spasme ou tension des muscles lombaires dans le bassin, la jambe;
  • exacerbation de la douleur pendant les mouvements, changement de la position du corps, éternuement ou toux;
  • diminution de la sensibilité dans le bassin, les membres inférieurs;
  • atrophie musculaire, se manifestant par la perte de poids d'une jambe;
  • douleur croissante.

L'apparition de la sciatique est associée à une ostéochondrose lombo-sacrée ou à sa complication - disques intervertébraux pour hernie. Autres causes de la maladie:

  • grosses charges sur le dos;
  • destruction du tissu rachidien;
  • lésion du nerf sciatique due à une blessure;
  • maladies causées par une infection (par exemple grippe, tuberculose, syphilis);
  • maladies de l'appareil reproducteur;
  • processus inflammatoires dans les tissus conjonctifs du corps;
  • taux élevé de sucre dans le sang;
  • détérioration de la glande thyroïde;
  • maladies oncologiques.

Les symptômes de la sciatique sont variés, mais ils provoquent principalement:

  • perte de sensibilité des orteils, des cuisses;
  • sentiment rampant;
  • faiblesse musculaire;
  • difficultés à rester debout longtemps, à tourner ou à se pencher, à marcher, à étirer une jambe droite;
  • problèmes de soulèvement du corps en position assise;
  • paralysie complète ou partielle du membre inférieur (observée lors de la rupture des fibres nerveuses du nerf sciatique).

Le traitement de la sciatique vise à éliminer ses causes. Si la compression nerveuse a été provoquée par l'ostéochondrose, un traitement manuel est utilisé.

Si la maladie est provoquée par une hernie intervertébrale, un ensemble d'interventions est effectué dans le but de réduire l'effet de la hernie sur les terminaisons nerveuses. Assigner la traction, l'administration intraosseuse de médicaments (ostéoréflexothérapie).

La dystonie végétative-vasculaire (DVV) affecte environ 90% des personnes. Il s'agit d'un syndrome caractérisé par une altération des fonctions autonomes des organes internes en raison d'un dysfonctionnement du système nerveux. En règle générale, le TRI s'accompagne de névrose, de dépression et d'autres troubles neurologiques.

L’émergence de dystonie contribue souvent au traitement inopportun ou incorrect de l’ostéochondrose cervicale. La présence simultanée de ces deux maladies augmente automatiquement le risque de développer d'autres pathologies dans le corps.

C'est pourquoi il n'est pas recommandé de différer le traitement de la colonne vertébrale. Les médicaments prescrits devraient médecin après avoir réussi l'examen approprié. L'auto-traitement est inacceptable!

VSD, développé sur le fond de l'ostéochondrose cervicale, se manifeste par de tels symptômes:

  • changement soudain de la température corporelle;
  • changement fréquent de la pression artérielle;
  • violation du système reproducteur;
  • faiblesse générale;
  • douleur dans les muscles du dos et la colonne vertébrale;
  • des crampes, un engourdissement des membres;
  • douleurs occipitales (caractère tireur);
  • violation du transfert de chaleur (transpiration accrue).

L'objectif principal du traitement de l'IRR est d'arrêter les processus destructifs dans les tissus cartilagineux et osseux de la colonne vertébrale. Appliquer la thérapie physique (recommandé sur une base continue), massage, piscine. La thérapie manuelle est utilisée pour soulager les principaux symptômes de l'ostéochondrose cervicale et pour améliorer l'état. Le traitement médicamenteux comprend la prise d’anti-inflammatoires, d’analgésiques et de chondroprotecteurs.

Des antioxydants sont prescrits pour éliminer les symptômes de la dystonie, des sédatifs et des sédatifs. Des tranquillisants et des antidépresseurs sont utilisés pour les fortes attaques de panique.

Étant impliqué dans le traitement du TRI, il est nécessaire d’exclure les facteurs qui ont un effet négatif sur les vaisseaux sanguins: cesser de fumer est exactement ce dont vous avez besoin.

Maladies du système génito-urinaire

Les étudiants de la faculté de médecine PFUR de Moscou ont mené une étude intéressante. Soixante-dix personnes souffrant d'ostéochondrose lombaire et de maladies de l'appareil génito-urinaire en sont devenues les participants.

L'ostéochondrose a été détectée après l'examen de la colonne vertébrale par la méthode suivante: radiographie, spondylographie fonctionnelle, scanner et IRM. Les patients ont consulté un urologue et un gynécologue. En outre, les participants à l'étude ont subi un diagnostic échographique des reins et des organes pelviens, et ont passé plusieurs fois des tests d'urine et de sang.

Les symptômes courants indiquant des problèmes avec les fonctions des systèmes urinaire et génito-urinaire étaient les suivants:

  • douleurs dans la vessie, le scrotum, l'aine et le bas-ventre;
  • coliques rénales;
  • troubles de la miction: miction difficile ou trop fréquente, accompagnée de douleur, de sensation de brûlure, de vidange incomplète de la vessie, de modification de la direction du flux d'urine;
  • dysfonctionnement de la vessie (neurogène);
  • défaillances du système reproducteur: diminution de la puissance - chez les hommes, affaiblissement du désir sexuel, cycle menstruel irrégulier (avec syndrome radiculaire aigu) - chez la femme;
  • émission involontaire d'urine, son retard.

Des symptômes récents ont été observés chez 7 participants à l'étude. Il s'est avéré que des problèmes de miction provoquaient une compression des racines de prêle créée par des disques intervertébraux de hernie. Elle a également été identifiée: paralysie du sphincter, enveloppe de la vessie, muscles du petit bassin, diminution ou perte totale de sensibilité de la région inguinale, syndrome radiculaire, mal de dos.

Après l'étude, certains patients ont été traités pour une maladie rénale, une salpingo-ovariose chronique. Ce n'est qu'après le traitement complexe de la colonne vertébrale que le syndrome douloureux a complètement disparu.

Il faut savoir qu’il n’est pas facile d’identifier le lien entre les troubles du système génito-urinaire et les maladies de la colonne vertébrale. La confirmation des troubles vertébraux sont:

  • signes cliniques et radiologiques prononcés de processus destructeurs dans les os, les cartilages et les tissus conjonctifs de la colonne vertébrale;
  • syndrome végétatif-irritatif régional;
  • manifestation simultanée de troubles urinaires et vertébraux.

Lorsque les symptômes de l’ostéochondrose ou les troubles dysuriques ne sont pas recommandés pour l’automédication. Seul un médecin est en mesure de prescrire le bon traitement!

Hernie intervertébrale

Hernie intervertébrale - la rupture de l'anneau fibreux et le prolapsus du noyau pulpeux, entraînant une compression des terminaisons nerveuses.

Au fil du temps, le noyau du disque change de forme et devient moins élastique. Les processus dégénératifs changent la structure de l'anneau fibreux (des fissures apparaissent), provoquant une saillie discale. Si elle n'a pas été traitée, l'anneau est brisé et le cœur se détache - une hernie intervertébrale apparaît.

La manifestation symptomatique de la hernie intervertébrale dépend de la localisation du problème. Dans le rachis cervical et thoracique, un disque modifié serre les racines adjacentes de la moelle épinière afin que le patient puisse ressentir:

  • faiblesse musculaire dans les bras et les épaules;
  • engourdissement des épaules, de la paroi thoracique, paralysie possible;
  • douleurs lancinantes dans les membres supérieurs.

La hernie, située dans le bas du dos, irrite le nerf sciatique (il y a des spasmes douloureux à l'endroit de son origine, jambe ou pied). Avec douleur de la hernie lombaire:

  • apparaître dans une jambe;
  • avoir un caractère paroxystique ou croissant;
  • paraître périodiquement ou constamment inquiet;
  • manifeste après une position assise ou debout prolongée;
  • décroît à mesure que la colonne vertébrale se détend, ce qui réduit les effets de la compression sur le disque (par exemple, après une promenade, en position allongée);
  • aggravée par des mouvements imprudents, des éternuements, de la toux.

Le traitement de la hernie intervertébrale non compliquée dans 80% des cas ne nécessite pas d'intervention chirurgicale. Pendant 6-12 mois (avec traitement conservateur), il perd de l'humidité et, par conséquent, sa taille diminue (la période de séchage de la hernie intervertébrale ne peut pas être raccourcie, car il s'agit d'un processus naturel).

Spondylarthrose

La spondylarthrose est une maladie rachidienne chronique caractérisée par des modifications dégénératives-dystrophiques de la structure des disques intervertébraux. Il se produit dans différents segments du système musculo-squelettique, mais affecte le plus souvent la région lombaire.

Avec le développement de la spondylarthrose est observée:

  • destruction des fibres de l'anneau fibreux;
  • l'apparition de fissures dans le corps du noyau;
  • changements dans la structure des vaisseaux sanguins.

Aux premiers stades, la maladie évolue sans réactions inflammatoires. Cependant, le développement ultérieur de la spondylarthrose peut entraîner le détachement du cartilage, puis une irritation et une inflammation des tissus mous, la formation d'éperons osseux et des lésions du tissu osseux.

Le symptôme principal indiquant la présence d'une spondylarthrose est une douleur et une gêne au site d'une lésion de l'articulation intervertébrale. Le plus souvent, la douleur a un caractère tirant et douloureux. Il diminue au repos, mais au moindre mouvement, l'intensité des spasmes douloureux augmente considérablement.

Aux premiers stades de la maladie, elle ne se manifeste que par la douleur locale. Au stade 2-3 (après la formation d'ostéophytes et le rétrécissement des crevasses intervertébrales), des douleurs apparaissent dans différentes parties du dos. En outre, le patient présente d'autres symptômes nécessitant un traitement efficace.

Le traitement de la spondylarthrose est basé sur l'utilisation de médicaments qui aident à soulager la douleur et à suspendre la progression de la maladie. Des mesures sont également prises pour réduire la charge sur la colonne vertébrale.

Une douleur intense et des spasmes musculaires prononcés soulagent les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les relaxants musculaires à action centrale. Le traitement comprend l'utilisation de pommades, de gels et de crèmes.

La douleur aiguë est éliminée par les blocages des facettes articulaires. Pour ce faire, utilisez un mélange d'anesthésiques (lidocaïne, novocaïne) et de glucocorticoïdes. La procédure est réalisée à l'aide d'appareils de radioscopie et de radioscopie.

En plus des médicaments, pour le soulagement de la douleur causée par la spondylarthrose, des traitements par ultrasons avec hydrocortisone, électrophorèse avec lidocaïne ou novocaïne sont prescrits. Également utilisé la thérapie d'amplipulse (courants modulés) et la thérapie magnétique.

Spondylose

La spondylose est une maladie de la colonne vertébrale caractérisée par une saillie des disques intervertébraux, la formation de croissances osseuses épineuses (ostéophytes) sur les vertèbres. Il se produit au stade de processus dégénératifs-dystrophiques dans les tissus de la colonne vertébrale, notamment dans les sections latérale et antérieure de l'anneau fibreux du disque intervertébral.

L'apparition d'ostéophytes est associée à une réponse adaptative du corps aux processus destructifs dans les disques. Ils viennent dans différentes tailles et peuvent provoquer un épissage des vertèbres adjacentes. Ces excroissances osseuses contractent le canal rachidien et exercent une pression sur les racines de la moelle épinière.

Les ostéophytes envahis par la végétation limitent la mobilité vertébrale. Si le développement de la spondylose s'accompagne d'une compression des nerfs de la moelle épinière, une douleur sourde ou douloureuse apparaît dans la lésion. Dans les premiers stades de la maladie peut ne pas se manifester.

La spondylose se fait sentir après la croissance d'ostéophytes près des terminaisons nerveuses de la moelle épinière. L'irritation des nerfs paravertébraux est à l'origine du syndrome radiculaire, caractérisé par de graves douleurs au dos. En cas de spondylose compliquée, les vertèbres peuvent être déplacées, la protrusion discale, les lésions du nerf sciatique, la hernie vertébrale.

La spondylose affecte généralement les personnes âgées. Il affecte principalement les tissus cartilagineux et osseux de la colonne cervicale, mais se forme parfois dans ses autres segments.

Pour la spondylose cervicale sont propres à:

  • douleur dans la région occipitale;
  • raideur des muscles, raideur de la nuque;
  • syndromes neurovasculaires: maux de tête, acouphènes, vertiges, baisse de la vision (augmentation lorsque la tête est inclinée vers l'arrière);
  • perte de sensibilité des doigts;
  • douleurs à l'épaule ou au coude irradiant du cou.

La spondylose de la région thoracique se manifeste par les symptômes suivants:

  • douleur dans le dos;
  • névralgie intercostale;
  • difficulté à respirer (difficulté à respirer profondément car cela augmente la douleur).

Lorsque la spondylose lombaire survient chez des patients:

  • douleur lombaire;
  • radiculopathie lombo-sacrée;
  • processus inflammatoires dans le nerf sciatique;
  • faiblesse musculaire;
  • engourdissement des membres inférieurs;
  • claudication intermittente.

Les principales tâches à accomplir dans le traitement de la spondylose:

  1. Suspendre les modifications perturbatrices dans l'os, le cartilage et les tissus conjonctifs de la colonne vertébrale.
  2. Éliminer la douleur.
  3. Améliorer le flux sanguin vers la colonne vertébrale et ses tissus environnants.

Le traitement de la maladie doit être complet et être associé au traitement de l'ostéochondrose. Au cours de l’exacerbation de la maladie, des médicaments du groupe AINS (diclofénac, ibuprofène, indométhacine, Movalis, kétonal) sont utilisés, ainsi que des analgésiques (Novocain, Ketorol, Baralgin) sous forme de comprimés, d’injections et de pommades.

Après une période aiguë, prescrire:

  • traitements de massage;
  • thérapie manuelle;
  • massage des zones biologiquement actives sur les pieds et les mains;
  • physiothérapie;
  • exercices thérapeutiques.

Sténose spinale (rétrécissement)

La sténose vertébrale est un diagnostic qui peut causer de l'horreur à tout le monde, car la maladie est dangereuse car elle peut entraîner une invalidité.

Le diagnostic de la maladie est basé sur les données de l'examen, qui comprend l'IRM, la spondylométrie.

La maladie est la 4ème (dernière) étape de l'ostéochondrose de la colonne vertébrale. Formé sur le fond de changements dégénératifs et dystrophiques dans les tissus de la colonne vertébrale, se manifestant dans le troisième stade de la maladie. À l'avant-dernier stade de développement de l'ostéochondrose, il existe des processus visant à restaurer les fonctions du segment moteur vertébral: des excroissances (ostéophytes) apparaissent sur les vertèbres, les tissus des articulations intervertébrales sont détruits.

À la suite de tels changements, il se produit une compression chronique des structures paravertébrales. Il interfère avec le flux sanguin normal, provoquant une ischémie des racines nerveuses (sténose latérale) ou de la queue du cheval (sténose centrale) de la moelle épinière. Dans un type de maladie mixte, on observe une ischémie de la queue et des racines du cheval.

En fonction du lieu de survenue, la maladie est divisée en 2 types:

  1. Sténose rachidienne de la colonne cervicale. La symptomatologie de la maladie est différente et est déterminée par le type de structures pincées. Malgré le fait que le cou contient de nombreuses terminaisons nerveuses et artères, le plus souvent la sténose se déroule sans symptômes. La maladie est déjà détectée sous une forme chronique, lorsque le patient se plaint de:
    • douleur d'un ou des deux côtés du cou. D'abord, des sensations douloureuses apparaissent à une certaine position du cou, puis elles dérangent régulièrement une personne. Dans le même temps, la douleur irradie souvent la région des omoplates, du cou, des épaules et des bras;
    • maux de tête - principalement dans la région occipitale et temporale;
    • modification de la sensibilité du cou, de la tête et des mains (fourmillements, sensation de chair de poule rampante);
    • faiblesse, accompagnée d'une sensation d'inconfort dans les mains;
    • étourdissements fréquents (apparaissant généralement lorsque vous vous penchez, en tournant la tête), et parfois des évanouissements;
    • tension dans les muscles du cou, des membres supérieurs;
    • dysfonctionnement pelvien (miction et défécation involontaires, obstruction intestinale, alternant avec la diarrhée, diminution de l'intérêt sexuel, impuissance);
    • lourdeur dans les membres inférieurs ("pieds rembourrés");
    • parésie, paralysie des membres ou du corps entier;
    • problèmes avec le système respiratoire (respiration rapide, difficile ou superficielle).
  2. Sténose rachidienne de la colonne lombaire:
    • douleur lombaire, aggravée par le moindre mouvement. Dans un état de relaxation (par exemple, en s’allongeant), la douleur est faible ou n’est pas ressentie du tout;
    • boiterie neurogène - provient de l'irradiation de la douleur du bas du dos vers le bassin et les fesses;
    • Douleur radicale, qui est soulagée en se penchant en avant, en position assise (une augmentation physiologique du canal rachidien entraîne une amélioration de l'apport sanguin et, par conséquent, un soulagement des spasmes douloureux);
    • sensation de faiblesse, engourdissement dans les jambes;
    • troubles de la miction et des selles.

Les médicaments anti-inflammatoires, vasculaires et analgésiques sont attribués au traitement de la maladie. Le traitement comprend également des procédures de massage, de la physiothérapie, l’utilisation de stéroïdes (Diprospan, Kenalog), des hormones glucocorticoïdes et des anesthésiques.

La thérapie physique favorise la musculation de la colonne vertébrale, la correction de la position du bassin et la réduction des symptômes de la lordose lombaire.

Les accès douloureux graves sont arrêtés par des blocages épiduraux ou sacrés (sacrés): des anesthésiques locaux (lidocaïne ou glucocorticoïdes) sont introduits pour soulager l’inflammation et le gonflement des tissus affectés de la colonne vertébrale.

Parfois, le traitement de la sténose spinale n'est pas complet sans chirurgie. En règle générale, le traitement chirurgical est utilisé pour:

  • faible efficacité des méthodes de traitement traditionnelles;
  • exacerbation des symptômes neurologiques;
  • paralysie partielle;
  • dysfonctionnement des organes pelviens;
  • appel tardif à un établissement médical.

La tâche principale des chirurgiens dans le traitement chirurgical de la sténose est de soulager la pression exercée sur la moelle épinière ou ses racines. Pour ce faire, pratiquer une chirurgie extensive ou endoscopique, avec une incision minimale des tissus.

La sténose rachidienne est une maladie grave, vous ne devez donc pas négliger les médicaments ou l'automédication. Aux premiers symptômes de la maladie, il est urgent de contacter les experts.