Principal

Massages

Nécrose osseuse

La nécrose du fémur et du talus est une maladie grave du système musculo-squelettique humain et, sans traitement approprié, prive le patient de la capacité de se déplacer de manière autonome. La nécrose aseptique de la tête fémorale (nécrose avasculaire) est une pathologie osseuse complexe résultant d'un apport sanguin insuffisant et de lésions du tissu osseux, ainsi que d'une dégénérescence graisseuse de la moelle osseuse.

Selon les statistiques, les personnes âgées de 20 à 45 ans souffrent de cette pathologie, alors que le risque de maladie chez les hommes est beaucoup plus élevé que chez les femmes.

Étapes de la maladie

  1. stade (6 mois) - le patient n’est pas au courant de l’apparition de la maladie. Les modifications microscopiques des propriétés des os ne peuvent être détectées que par tomographie. Les tissus spongieux de la tête fémorale sont endommagés. Les changements caractéristiques ne dépassent pas 10%.
  2. stade (6 mois) - le patient ne ressent pas de grand inconfort dans la région de l'articulation endommagée, il ressent une douleur. Une fracture et des fissures se forment à la tête de l'os. À la place de la charge du septum, sur les plaques minces des os, des fissures de forme arbitraire apparaissent. Une atrophie des muscles fémoraux et fessiers du côté de la nécrose commence. Les changements caractéristiques ne dépassent pas 10-30%.
  3. stade (1,5-2,5 ans) - les douleurs commencent pendant les mouvements, les mouvements circulaires sont particulièrement douloureux et ne passent pas pendant le repos. Cette étape de broyage en petits fragments est provoquée par l'inégalité des contours de la tête fémorale, plusieurs sceaux apparaissent. Il est possible d'allonger ou de raccourcir la jambe sur la zone touchée, il y a des signes prononcés de boiterie. L'espace entre les joints devient plus petit ou plus grand. Les changements caractéristiques ne dépassent pas 30 à 50%.
  4. stade (à partir de six mois ou plus) - sensation de douleur aiguë en position couchée, le genou ne fonctionne pas, il se forme une arthrose secondaire déformante. Bears pour une luxation ou une subluxation. Là vient le caractère destructif de la tête, les muscles de la zone touchée sont atrophiés. L'espace disparaît entre les articulations. Des anomalies de la cavité de la charnière sont observées. Les changements intrinsèques sont de 50 à 80%.

Les causes

Les médecins suggèrent que la nécrose osseuse aseptique peut être causée par diverses raisons, telles que:

  • Blessures (dislocation, fissure, fracture);
  • Spasme artériel prolongé;
  • Embolie;
  • Violation de l'intégrité des artères;
  • Pathologie des vaisseaux sanguins.
  • Intervention chirurgicale;
  • Abus d'alcool (dans 30% des cas);
  • Utilisation à long terme de corticostéroïdes;
  • Problèmes auto-immuns (y compris le lupus érythémateux systémique et l’épilation à la cire hémorragique);
  • Maladie des caissons (diminution rapide de la pression, contribue au blocage des vaisseaux sanguins et à une diminution de l'apport sanguin local. Les maladies sont sensibles aux mineurs et aux plongeurs)
  • Problèmes de la colonne lombaire (par exemple, une hernie ou un prolapsus discal peuvent entraver la circulation sanguine et nuire au fonctionnement des articulations de la hanche);
  • Une consommation unique de grandes quantités d'alcool.

Chez 30% des patients, il n'est pas possible de déterminer la cause exacte de la maladie; par conséquent, dans cette situation, elle est déclarée idiopathique ou déraisonnable. En fait, une telle nécrose commence pratiquement, comme une crise cardiaque, sur fond de fatigue morale grave, de tension nerveuse et de stress constant.
Dans de rares cas, la maladie peut être causée par une pancréatite, par de fortes doses de rayonnement et par une nécrose osseuse avasculaire sur fond de drépanocytose et d'ostéomyélite.

Les symptômes

Les signes de nécrose osseuse aseptique sont souvent similaires à d'autres maladies des articulations et sont souvent trompeurs, même chez les médecins expérimentés. Parmi les symptômes les plus courants de la maladie:

  • Sensations douloureuses, même avec des charges mineures, par exemple lorsque le patient commence à bouger ou se lève du canapé. Avec le progrès, la douleur devient permanente, le caractère augmente;
  • Atrophie des tissus musculaires, au fond de laquelle, en raison d'un apport sanguin insuffisant, la jambe commence à perdre du poids et à se contracter;
  • Le raccourcissement du membre affecté, à la suite de fractures mineures, raccourcit le col fémoral et perd sa forme habituelle, tandis que la jambe affectée devient plus courte que la jambe saine, qui est facile à voir à la position du corps;
  • Boiterie, apparue dans le contexte d'un raccourcissement de la jambe affectée, de douleurs aiguës et d'une perte de mobilité;

Les signes de nécrose et les signes d'arthrose des articulations fémorales présentent d'importantes similitudes. Il est donc assez difficile de distinguer une maladie d'une autre. Le principal symptôme de ces pathologies est une douleur persistante dans l'aine, qui s'étend souvent à la cuisse, au genou ou au fessier.

Méthodes de diagnostic

Il est très important de déterminer à temps la nécrose du traitement du fémur, qui dépend principalement du diagnostic. Par conséquent, plus la maladie est détectée rapidement, plus les chances de sauver l'articulation touchée sans intervention chirurgicale sont grandes. Dans ce cas, appliquez:

  • IRM
  • Tomodensitométrie (CT);
  • Études par ultrasons (ultrasons) et rayons X;

La nécrose aseptique du fémur fournit des tests sanguins de diagnostic uniquement pour exclure d'autres maladies. La pathologie elle-même ne montre aucun changement pouvant être détecté dans l'analyse.

Les informations les plus précises peuvent fournir des méthodes modernes d’IRM et de tomodensitométrie, permettant de détecter une nécrose osseuse aux stades précoces, lorsque les rayons X ne donnent pas le moindre indice de pathologie des articulations. Par conséquent, ce sont ces types d’études que de nombreux médecins considèrent comme la méthode d’examen prioritaire et qui sont prescrites en premier lieu.

L'échographie ne donne pas de résultats diagnostiques significatifs et les rayons X permettent de déterminer la nécrose de la tête fémorale aux 3 et 4 étapes de la maladie, lorsque le patient ressent une douleur intense et qu'il est presque impossible de guérir la maladie sans chirurgie. Cependant, tous les patients qui ont appliqué une douleur à la cuisse sont soumis à un examen radiographique des articulations, qui ne permet pas de voir le problème à ses débuts et perd un temps précieux. Chez la plupart des patients, le diagnostic correct n’est établi que 10 à 15 mois après le début de la maladie.

Méthodes de traitement

À ce jour, le traitement du complexe fémur par nécrose aseptique, qui est effectué individuellement pour chaque patient, en tenant compte de l'étendue de la lésion, prévoit un traitement comprenant un traitement médical, une chirurgie et un traitement par l'exercice pour la réadaptation des patients.

Traitement médical (conservateur)

Aux stades précoces, l'utilisation de médicaments réduisant les modifications ischémiques de l'articulation est assurée. Pour vaincre une nécrose aseptique de la tête d'un os, utilisez:

  • Les médicaments vasculaires - améliorer la circulation sanguine locale sont les plus efficaces Curantil, Trental, Dipyridamole. Aux États-Unis, utilisez le médicament "Naftidrofuryl";
  • Régulateurs du métabolisme du calcium - améliorent la récupération du tissu osseux, réduisent la dégradation du collagène et empêchent la libération excessive de calcium. Les médicaments à base d'acide étidronique, par exemple le xylophone, sont largement utilisés. Le cours de cette rééducation dure environ 8 mois.
  • Les préparations de calcium, principalement en association avec des minéraux et de la vitamine D, augmentent la résistance des os et compensent les carences en calcium. Le plus commun Calcium D3 Nycomed, complexe "Vitrum", OsteMag ayant du zinc;
  • Les chondroprotecteurs sont des drogues synthétiques, des analogues des composants produits par les tissus des articulations. Contribue à la restauration du cartilage, réduit l'inflammation et la douleur. Le traitement consiste en 10 à 25 injections intramusculaires, à renouveler tous les six mois. Pour les injections intramusculaires, utilisez Alflutop, Hondrolon, Elbon, Adgelon. Il est également possible d'utiliser des comprimés oraux Artra ou Strumatum;
  • Vitamines du groupe "B" - rétablissent la synthèse normale des protéines, favorisent une meilleure absorption du magnésium. Le plus souvent utilisé sous forme d'injections - Milgamu, Neyrobion, Neyrorubin;
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens soulagent l'inflammation locale, réduisent la douleur et rétablissent le flux sanguin. En thérapie avec des médicaments Diclofenac, Ibuprofen, Ksefokam et autres
  • Les relaxants musculaires détendent les muscles du membre blessé, normalisant ainsi les impulsions et l'irrigation sanguine. Le traitement par Sidralud ou Mydocalm est d'une durée de deux à trois semaines. Le dosage est choisi par le spécialiste traitant en fonction des caractéristiques du corps.

La nécrose de la tête fémorale est un traitement qui a de nombreuses années d’expérience prouvant qu’il n’ya pas de rétablissement complet lors d’un traitement conservateur. Cependant, chez la plupart des patients, il existe une amélioration significative et un pronostic totalement positif. Dans la plupart des cas, les dommages à l'articulation sont évités, les processus destructifs sont réduits, la mobilité des membres est restaurée et la synchronisation du fonctionnement des muscles est obtenue.

Physiothérapie

Il n'est pas recommandé de limiter la charge sur l'articulation endommagée pendant une longue période, car cela peut entraîner une atrophie musculaire rapide, la formation de douleurs de nature permanente et une limitation de la mobilité des membres. Par conséquent, il est souhaitable d’utiliser la canne en marchant uniquement pendant les 1 à 1,5 premiers mois de la maladie et avec des charges importantes. Marcher 15 à 20 minutes par jour à un rythme modéré ou monter les marches réduit considérablement le temps de récupération.

Le traitement de la nécrose osseuse aseptique, qui comprend également un ensemble d'exercices thérapeutiques, nécessite une activité physique constante. Le programme de gymnastique thérapeutique est désigné par un spécialiste, et la mise en œuvre correcte de tous les exercices correctement, le résultat donnera un résultat visible dans 14-17 jours. Vous trouverez ci-dessous le principal complexe de thérapie physique utilisé par les principaux orthopédistes du pays:

Numéro d'exercice 1. Il faut s'allonger sur le ventre, les jambes redressées, les bras aux coutures. Au moment où vous avez besoin de soulever une jambe à plat de 20-30 centimètres. Dans cette position, il est nécessaire de s’attarder pendant 15-30 secondes, puis de baisser la jambe. Après une courte pause en raison de groupes musculaires des hanches ou des fesses. Il est important de garder la même tension dans les deux jambes.

L'exercice numéro 2 est effectué couché sur le ventre, les bras tendus le long du corps, la jambe gauche (droite) est droite, la droite (gauche) pliée à 90 degrés. Ensuite, soulevez doucement la jambe droite pliée de 10 degrés par rapport au sol, fixez-la dans cette position pendant 30 secondes et revenez à sa position initiale. Après une courte pause, l'exercice est répété avec l'autre jambe. Avec une telle statique, exercice à effectuer 1 fois pour chaque jambe. En l'absence de douleur, vous pouvez augmenter le rythme de l'emploi et le nombre d'approches.

Exercice numéro 3. Ce mouvement est difficile et ne convient pas à tous les patients. La position de départ est similaire à celle de l'exercice 1. Au moment où vous soulevez deux jambes avec précaution, à un angle de 15 degrés par rapport au sol. Il faut rester dans cette position, puis écarter lentement les jambes. Cette action est souhaitable d'effectuer 10 fois sans mettre ses pieds sur le sol. Ce faisant, évitez les mouvements brusques, car ils peuvent augmenter la pression.

Exercice numéro 4. Pour effectuer, vous devez vous allonger du côté droit (gauche) et plier la deuxième jambe. Soulevez ensuite la jambe droite à un angle de 45 degrés, puis posez-la sur le sol. Ensuite, retournez et répétez l'exercice.

Si vous présentez l'un des symptômes décrits ci-dessus, ne tardez pas à consulter le centre médical le plus proche. Après tout, le traitement de la nécrose osseuse, qui doit être effectué rapidement, nécessite un diagnostic précoce et constitue une pathologie grave. Il est nécessaire de prendre ce problème au sérieux et de ne pas perdre l'optimisme nécessaire à un résultat positif. Après un certain temps, il sera possible d’obtenir des améliorations significatives sans intervention chirurgicale.

Comment traiter la nécrose aseptique du talus

Les éléments structurels du système musculo-squelettique sont sensibles à diverses lésions et le tissu osseux ne fait pas exception. Parmi les diverses pathologies des structures osseuses, la nécrose avasculaire est considérée comme la plus grave et la plus dangereuse pour la santé humaine. Par conséquent, examinez plus en détail l’essence de cette maladie, ses causes et ses méthodes de traitement.

Raisons

La nécrose avasculaire est une maladie de nature dégénérative-dystrophique, accompagnée d'un processus de nécrose tissulaire.

L'aide En médecine, la pathologie a reçu plusieurs autres noms: nécrose aseptique, ostéonécrose, nécrose osseuse ischémique.

Le mécanisme de développement de la pathologie est associé à une altération de la circulation sanguine et au processus d'alimentation du tissu osseux.

Puisque l'os est un tissu vivant imprégné d'un réseau de capillaires, il a besoin d'un flux constant de sang, de nutriments et d'oxygène. Cela lui permet d'être constamment mis à jour et développé.

Lorsque ces processus naturels sont perturbés, il se produit une mort cellulaire et, en l'absence de traitement, l'os est complètement détruit.

Le processus pathologique est généralement localisé dans la zone de la tête de l'os dans la zone de connexion avec l'articulation.

Le plus souvent, les gros os sont touchés: fémoral et huméral. Mais on observe souvent la nécrose aseptique du talus de la cheville.

Les raisons du développement de cette maladie sont associées à un dysfonctionnement de l'os, qui peut être déclenché par divers facteurs:

  1. Blessures - contusion, fracture, chirurgie.
  2. Traitement à long terme avec des médicaments hormonaux puissants.
  3. Perturbation du métabolisme, excès de poids.
  4. Maladies auto-immunes.
  5. Mauvaises habitudes, en particulier l'abus d'alcool.
  6. Certaines procédures médicales (chimiothérapie, radiothérapie).
  7. Augmentation de l'exercice.
  8. Pathologie de la colonne vertébrale.
  9. Changements de pression atmosphérique (pour les plongeurs).

Des maladies telles que le diabète, le lupus, la maladie de Gaucher, la drépanocytose peuvent également augmenter le risque de développer une pathologie.

Cependant, dans certains cas, il n'est pas possible de déterminer la cause exacte de l'ostéonécrose. La maladie peut survenir sans raison apparente.

Les étapes

Au cours de son développement, la maladie passe par 4 étapes, chacune ayant ses particularités au cours du processus pathologique:

  1. Dure environ 6 mois à partir du début de la pathologie. Il y a une apparition périodique de douleur sans limiter la mobilité. L'os est affecté de 10%.
  2. Dure six mois. Il y a une douleur intense, une mobilité limitée, le début du processus de déformation de l'os. Structure frappée par 10-30%.
  3. Durée - 1,5 à 2,5 ans. Elle se caractérise par une douleur intense et constante, une forte limitation de la mobilité, une diminution de la taille de l'os (devient plus courte). Le tissu osseux est affecté à 30-50%.
  4. Durée - à partir de 6 mois et plus. Développement actif de la nécrose et de la destruction osseuse. La défaite est 50-80%.

La durée de chaque stade et de la maladie dans son ensemble dépend de l'âge du patient, de son état de santé et de son niveau de forme physique, ainsi que de la rapidité du traitement à l'hôpital.

En outre, la pathologie est divisée en plusieurs types en fonction du niveau de la lésion: complète (nécrose osseuse partielle ou complète), localisation (lésion de la surface externe de l'os), profonde (lésion des couches profondes du tissu).

Les symptômes

La nécrose du talon, ou plutôt du talus, aux premiers stades n'apparaît pratiquement pas et ne gêne pas la personne.

Cependant, à mesure que la maladie se développe, les caractéristiques suivantes sont observées:

  • douleur à la cheville;
  • l'apparition de poches;
  • boiterie;
  • restriction de mobilité.

Après un certain temps, les manifestations deviennent plus prononcées en raison de la propagation du processus pathologique et de la fonctionnalité altérée.

Il devient difficile pour une personne de marcher seule. La douleur intense devient permanente. Tout cela rend impossible de mener une vie bien remplie.

Diagnostics

Un patient chez qui on soupçonne une nécrose avasculaire est soumis à un examen approfondi, car de tels symptômes peuvent avoir de nombreuses explications.

L'aide Des techniques de diagnostic de laboratoire et de matériel sont utilisées.

L'enquête est réalisée de manière exhaustive en utilisant de telles méthodes:

  1. Enquête et examen du patient - clarification des plaintes, palpation de la zone touchée, vérification de la mobilité des articulations, de la force musculaire et de la sécurité des réflexes tendineux.
  2. Méthodes histologiques - identification de la mort cellulaire des capillaires et des lipocytes.
  3. Tomodensitométrie (CT) - vous permet d’évaluer l’état de la structure osseuse et vasculaire et de déterminer la nature et la localisation des modifications.
  4. Rayon X - Technique informative uniquement aux derniers stades de la destruction.
  5. Imagerie par résonance magnétique (IRM) - vous permet de déterminer les changements pathologiques aux premiers stades de la maladie.

La TDM ou l'IRM sont des méthodes de diagnostic obligatoires, car elles permettent de détecter cette maladie à n'importe quel stade de développement avec une probabilité de près de 100%.

Traitement

Le traitement de la pathologie est un processus long et complexe faisant appel à diverses techniques thérapeutiques.

L'aide Les traitements conservateurs et chirurgicaux sont utilisés.

Avec l'aide d'un traitement conservateur, il est possible de ralentir la progression de la maladie. Il comprend les méthodes suivantes:

  1. Libération maximale des membres suite à un effort physique (marche avec une canne).
  2. Pharmacothérapie - les médicaments de différents groupes de médicaments sont prescrits:
  • NPVS (Ksefokam, Diclofenac) - pour éliminer la douleur;
  • myorelaxants (Mydocalm) - pour soulager les spasmes musculaires;
  • chondroprotecteurs (Chondrogard) - pour restaurer le tissu cartilagineux;
  • Préparations vasculaires (Trental) - pour améliorer la circulation sanguine;
  • inhibiteurs de la résorption osseuse (FOSAMAX) - pour augmenter la densité osseuse et la formation de tissu osseux normal;
  • complexes vitaminiques du groupe B (Milgamma) - pour la minéralisation et la nutrition des os.
  1. La physiothérapie - phonophorèse, électrophorèse, thérapie au laser, thérapie par micro-ondes ont un bon effet analgésique.
  2. Thérapie par l'exercice - est effectuée uniquement dans des conditions de réduction de la charge de l'articulation touchée. Fournit une fonction contractile musculaire accrue.
  3. Massage - pour améliorer la circulation sanguine et stimuler les processus métaboliques.
  4. Utilisation d'appareils orthopédiques - orthèses, chaussures et semelles intérieures spéciales sont sélectionnées pour la répartition normale de la charge sur le pied.

Ces méthodes thérapeutiques peuvent ralentir la progression de la maladie, mais ne sont pas en mesure de l'éliminer complètement.

Une guérison complète de la maladie ne peut être assurée que par une intervention chirurgicale, qui peut être réalisée de plusieurs manières:

  • ostéotomie;
  • chondroplastie;
  • greffe osseuse;
  • endoprothèses;
  • arthroplastie;
  • décompression chirurgicale.

Le mode opératoire et le déroulement de sa mise en œuvre sont choisis par le médecin traitant, en fonction du stade de la maladie, de la gravité des changements pathologiques.

Ainsi, à un stade précoce du développement, une ostéotomie peut être appliquée, à un stade ultérieur - endoprothèse, arthroplastie.

Remèdes populaires

La médecine traditionnelle peut être utilisée en complément du traitement principal. Des moyens auto-préparés peuvent réduire la douleur et normaliser la circulation sanguine.

Considérez schématiquement la préparation et l’application de plusieurs recettes populaires.

Comment traiter la nécrose aseptique

La nécrose osseuse aseptique est une maladie chronique causée par une altération de l'apport sanguin au tissu osseux. À mesure que la nécrose se développe, les tissus sont détruits. Le plus souvent, une nécrose se développe dans la région de la tête de l'os au point d'articulation avec l'articulation. Souffrir de la maladie gros os. Le plus souvent, les patients développent une nécrose aseptique de la tête fémorale dans la région de l'articulation de la hanche, mais il peut y avoir une lésion de la tête du talus dans la région de la cheville et de la tête de l'humérus dans la région de l'articulation de l'épaule. Il affecte la maladie et les adultes et les enfants. Chez les enfants, la nécrose survient sous une forme plus bénigne, le traitement de la maladie est plus efficace. La nécrose aseptique peut provoquer divers facteurs, mais ils entraînent tous une perturbation de la circulation sanguine dans les petits vaisseaux de l’os et une nutrition des cellules.

Il existe un traitement populaire pour la nécrose aseptique. Une telle thérapie est plus sûre et ne nuit pas à la santé. Le traitement consiste à prendre des médicaments ayant différents effets, un régime alimentaire et un mode de vie sain.

La structure et le fonctionnement du tissu osseux

Les os tubulaires du corps humain sont constitués du corps et de la tête. Entre la tête et le corps de l'os se trouve une zone resserrée - le cou, sur lequel sont placées des protubérances osseuses destinées à attacher les tendons. La tête est la fin de l'os qui s'articule avec l'articulation. Les têtes des os sont recouvertes d'une surface articulaire qui permet de glisser dans la cavité articulaire.

Le tissu osseux lui-même est constitué de plusieurs types de cellules: les ostéoblastes et les ostéocytes forment une substance intercellulaire et forment une structure osseuse, les ostéoclastes détruisent cette substance. Ainsi, le tissu osseux est constamment mis à jour. Normalement, l'activité de ces cellules et d'autres est équilibrée. Cependant, avec l'âge ou le développement de diverses maladies, les processus de destruction prédominent sur les processus de synthèse et la destruction du tissu osseux est lente.

L'os a une structure cellulaire et se compose d'ostéons individuels. Osteon est un groupe de plaques osseuses entourant symétriquement le canal central dans lequel passent les vaisseaux sanguins et les fibres nerveuses. Les ostéons forment des barres transversales, qui sont disposées longitudinalement dans la direction qui représente la charge maximale sur l'os. Cela garantit sa force et son élasticité.
Le tissu osseux se situe en couches. Allouer:

  • Substance spongieuse - la structure interne de l'os. Les barres transversales en os sont lâches.
  • Substance compacte - couche intermédiaire. Les barres transversales sont emballées étroitement.
  • Le périoste est la couche externe.

Progression de la maladie

Le fémur souffre le plus souvent, mais une nécrose aseptique du talus, de l'humérus et d'autres peuvent également se développer. La maladie est localisée à proximité de grosses articulations: hanche, cheville, genou, épaule.

La plupart des patients développent une nécrose aseptique bilatérale: si la maladie est apparue du pied ou du bras gauche, puis avec le temps (environ un an et demi), le processus commencera du côté droit.

Dans certains cas, une nécrose aseptique de la tête fémorale se développe chez les enfants, plus souvent chez les garçons jusqu'à sept ans. Dans ce cas, la maladie se caractérise par une évolution moins sévère et le rétablissement se fait plus rapidement.

Dans cette maladie, il y a violation du flux sanguin dans les os et de l'apport de cellules dans le tissu osseux. Cela conduit à la mort des ostéocytes et des ostéoblastes, qui produisent une substance intercellulaire et assurent la croissance des os. L'activité des ostéoclastes peut augmenter et le processus de destruction du tissu osseux augmente.

En conséquence, la force des os diminue. Les charges exercées sur un tel os entraînent des lésions et des fractures des lattes en os, dont les fragments pincent les vaisseaux sanguins et perturbent davantage la nutrition du tissu osseux. Lorsque cela se produit, la mort cellulaire et la nécrose se développent. Pathologie localisée dans les endroits où la pression sur l'os est la plus forte, c'est-à-dire au niveau de la tête de l'os, près de la cheville, de l'épaule ou de l'articulation de la hanche.

Les symptômes de la maladie augmentent progressivement. Au total, il existe quatre stades de la maladie, qui durent chacun de six mois à un an et demi.

Causes de nécrose

La cause de la nécrose osseuse aseptique n’est pas encore établie avec précision. Il existe deux théories expliquant le développement de la maladie:

  1. Théorie traumatique.
    Une lésion osseuse perturbe l'apport sanguin normal au site osseux et une nécrose se développe.
  2. Théorie vasculaire La perturbation de l'approvisionnement en sang survient à la suite du blocage de petits vaisseaux avec des caillots sanguins, de l'ischémie des vaisseaux osseux et de la perturbation de l'alimentation des tissus. Les premières zones de nécrose se forment 3 à 5 jours après le début de l’ischémie et des troubles circulatoires.


Dans tous les cas, il existe une malnutrition osseuse. Les facteurs suivants peuvent provoquer cette condition:

  1. Traumatisme: fracture, contusion osseuse, opération chirurgicale.
    Lorsque cela se produit, des dommages mécaniques aux vaisseaux sanguins. Dans le même temps, les premiers symptômes de la maladie ne se manifestent pas avant un an et demi à deux ans après l'impact traumatique sur l'os.
  2. Traitement médicamenteux à long terme avec les corticostéroïdes.
    Les corticostéroïdes traitent un certain nombre de maladies: l'arthrite, les maladies allergiques et auto-immunes. Ces médicaments entraînent un rétrécissement des vaisseaux sanguins, ce qui entraîne une malnutrition des cellules. Cela peut déclencher un certain nombre de maladies, notamment la nécrose osseuse.
    En plus du rétrécissement des vaisseaux sanguins, la prise de corticostéroïdes conduit à l'ostéoporose et à la destruction lente du tissu osseux. Dans le même temps, les barres osseuses se brisent constamment à la moindre charge osseuse, ce qui entraîne un pincement des vaisseaux sanguins et une malnutrition des cellules.
  3. Troubles métaboliques, obésité.
    Lorsque des troubles métaboliques ou une alimentation déséquilibrée avec une consommation excessive de graisse chez l'homme développent une athérosclérose. Lorsque cela se produit, le dépôt de cholestérol sur les parois des vaisseaux sanguins et leur blocage. En outre, un poids excessif entraîne une augmentation du stress sur les os des membres inférieurs dans la région des articulations de la hanche, du genou et de la cheville.
  4. Mauvaises habitudes, en particulier l'abus d'alcool.
    La consommation prolongée d'alcool provoque des troubles métaboliques. Dans le même temps, l'athérosclérose peut également se développer.
  5. Maladies auto-immunes.
    Au cours de ces maladies, des complexes immuns se déposent sur les parois des vaisseaux sanguins, ce qui entraîne également leur blocage. Souvent, le traitement de ces maladies est effectué à l'aide de corticostéroïdes, ce qui augmente encore le risque de développer une nécrose osseuse aseptique.
  6. Maladies de la colonne vertébrale.
    Les maladies de la colonne vertébrale, en particulier la hernie intervertébrale, entraînent une compression des fibres nerveuses et des vaisseaux qui nourrissent le tissu osseux. Si une nécrose avasculaire de la tête fémorale se développe, la raison en est une hernie intervertébrale de la colonne lombaire. Si la tête de l'humérus souffre, la compression se produit dans la région cervicale ou thoracique.
  7. Autres raisons
    Dans certains cas, il n'est pas possible d'établir les causes d'une nécrose aseptique. La maladie se développe dans le contexte de certaines maladies chroniques et aiguës ou sans raison apparente.

Les causes de la pathologie chez les enfants n'ont pas été identifiées avec précision. La nécrose aseptique se développe souvent chez les enfants atteints de myélodysplasie, une maladie héréditaire caractérisée par un sous-développement de la colonne vertébrale dans la colonne lombaire.

Classification des maladies

La nécrose aseptique comporte quatre étapes:

  1. I. Dure les six premiers mois à partir du début de la maladie. Lorsque cela se produit, la destruction de l'os spongieux, mais il n'y a pas de changement dans sa forme. Pas de mobilité limitée.
  2. II - stade de fracture étouffée. Aussi dure six mois. En raison de la charge sur la tête de l'os, des fractures du tissu osseux se produisent. Dans ce qui suit ils sont écrasés. Le processus de déformation osseuse commence.
  3. III - le stade de la résorption. Dure un an et demi. Les fragments d'os avec des cellules mortes sont lentement éliminés par les cellules saines. Les zones détruites sont remplies de tissu conjonctif. Parallèlement, des conditions sont créées pour la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins et le rétablissement de la nutrition cellulaire. Cependant, à ce stade, le processus de croissance du col de l'os est perturbé et l'os lui-même devient plus court.
  4. IV - étape du résultat. Le tissu conjonctif se transforme en os. L'os spongieux est restauré. Cependant, lorsque cela se produit, la déformation des poutres osseuses et leur redirection en tenant compte des charges exercées sur l'os perturbe la structure normale du tissu osseux. Il existe également une déformation et un aplatissement du cotyle de l'articulation de la hanche ou d'une autre articulation, ce qui entraîne une violation de l'articulation de l'os avec l'articulation.

La durée de chaque stade et de la maladie dans son ensemble est individuelle et dépend de l'âge du patient, de son état de santé, de son forme physique ainsi que du stade auquel la maladie a été diagnostiquée et le traitement commencé.

Symptômes de nécrose osseuse aseptique

  1. Dans la première étape, les symptômes suivants de la maladie apparaissent:
    • Pristupoobraznye douleur.
      Au début, les sensations douloureuses n'apparaissent qu'après un effort physique et disparaissent au repos. Avec le développement de la nécrose, la douleur devient permanente. Dans certains cas, une personne ressent soudainement une douleur intense, qui n'a été précédée d'aucun symptôme. Les sensations de douleur sont paroxystiques et sont aggravées par une exacerbation de la maladie.
    • Lorsque la nécrose aseptique de la tête fémorale se manifeste dans la région de la hanche. La douleur peut irradier à l'aine, au genou ou dans le bas du dos. Parfois, un inconfort ne survient pas dans la zone de l'articulation, mais à distance, rendant le diagnostic difficile.
  2. Deuxième étape:
    • La douleur reste au repos et est prononcée. Lorsque la charge sur la douleur articulaire augmente plusieurs fois.
    • Il y a une atrophie des muscles qui mettent en mouvement l'os affecté. Il y a une asymétrie, car du côté sain, les muscles se développent normalement.
    • La limitation de la mobilité articulaire commence à se développer. Au stade initial, le patient ne peut pas effectuer de mouvements circulaires.

  • Troisième étape:
    • Les sensations douloureuses sont toujours permanentes et s'intensifient même avec une légère charge sur l'articulation. Au repos, la douleur s'atténue quelque peu.
    • La mobilité de l'articulation étant limitée, il est difficile pour le patient d'effectuer des actions du membre affecté.
    • L'atrophie des fibres musculaires s'étend aux autres muscles.
    • Il y a un raccourcissement de la jambe ou du bras douloureux.
  • Quatrième étape:

    • La douleur dans la région de l'articulation endommagée est permanente.
    • Les mouvements circulaires de l'articulation sont impossibles, les mouvements longitudinaux sont sévèrement limités.
    • Atrophie musculaire maximale des membres.
    • Si la maladie affecte les membres inférieurs, le patient ne peut pas se déplacer seul.
  • Diagnostic de la maladie

    Le diagnostic de la nécrose aseptique pose certaines difficultés car les symptômes de la maladie ne sont pas spécifiques et une étude radiographique aux premiers stades de la nécrose ne révèle aucune pathologie.

    Pour un diagnostic précis, vous pouvez utiliser les techniques d'imagerie par résonance magnétique et par ordinateur, qui révèlent des violations de la structure osseuse et détectent la nécrose aux stades précoces.

    Également dans le diagnostic utilisé des tests de laboratoire de sang et d'urine, qui montrent la teneur en minéraux dans le corps et des signes spécifiques de résorption du tissu osseux endommagé.

    Traitement de la nécrose osseuse aseptique

    Le traitement de la maladie nécessite une approche intégrée et prévoit l’administration de médicaments ayant divers effets. Pour que le traitement soit efficace, le patient doit s’en tenir à un régime et mener une vie correcte.

    Pour la thérapie nécessitera:

    • agents vasculaires - améliorent la circulation sanguine dans les petits vaisseaux sanguins;
    • médicaments contenant du calcium et de la vitamine D;
    • moyens de protection du cartilage des articulations - chondroprotecteurs;
    • Vitamines B;
    • Les analgésiques et les relaxants musculaires sont des médicaments externes qui réduisent les symptômes de la maladie, soulagent les tensions musculaires et soulagent l'état du patient.

    Drogues populaires

    1. Bourgeons de pin. Les reins sont versés avec du sucre et versés dans des récipients en verre, fermés et conservés pendant une semaine. Le sirop résultant est frotté dans l'articulation endommagée et pris par voie orale pendant 1 cuillère à soupe. l deux fois par jour. Le médicament a un effet analgésique. Le traitement devrait durer moins de trois mois.
    2. Sabelnik. Préparer une teinture de cette plante. On verse 60 g d'herbe de cinquefoil séchée avec un demi-litre de vodka, on insiste un mois dans le noir, puis on filtre. Buvez 30 gouttes de teinture avant les repas. En outre, cette teinture est frottée dans l'articulation endommagée. Le médicament contient des anti-inflammatoires, des relaxants et des analgésiques.
    3. Drogue populaire. Cette recette est utile pour saturer le corps en calcium. Ils prennent une coquille de 6 oeufs de couleur blanche, l'écrase et versent 10 citrons avec le jus fraîchement pressé, insistent dans un endroit chaud, déchirent-le avec de la gaze. Restez debout jusqu'à ce que la coquille soit complètement dissoute (environ une semaine). Ajoutez ensuite 300 g de miel de tilleul et 75 ml d’eau-de-vie, mélangez bien. Prendre 1 c. médicaments trois fois par jour après les repas.

    C'est important! Pour une absorption normale du calcium, le corps a besoin de vitamine D. Le corps humain est capable de synthétiser cette vitamine elle-même en réponse à l'exposition au rayonnement ultraviolet. Par conséquent, pendant la période de traitement, il est important de visiter le soleil plus souvent.

  • Ail, citron et miel. Ces trois produits de guérison sont indispensables au nettoyage des vaisseaux sanguins du cholestérol et à la normalisation du flux sanguin. Dans un mélangeur, écraser 4 têtes d'ail et 10 citrons, mélanger avec 350 ml de miel de tilleul et de fleurs, mettre dans un bocal de trois litres et remplir le dessus avec de l'eau bouillie froide. Insister au chaud pendant 10 jours, puis filtré. Le médicament est stocké dans le réfrigérateur et prendre 1 cuillère à soupe. l sirop dissous dans 200 ml d’eau bouillie froide deux fois par jour à jeun.
  • Collection à base de plantes pour le nettoyage des vaisseaux. L'immortelle, la couleur de la camomille, l'igname et les bourgeons de bouleau sont mélangés à parts égales. Dans 500 ml d'eau bouillante cuite à la vapeur, 1 c. l Une telle collection, insister 40 minutes, puis filtré. Le médicament est bu deux fois par jour dans 250 ml, du miel est ajouté au goût.
  • Régime alimentaire

    Une bonne nutrition aidera à normaliser le métabolisme et à faire face aux désordres métaboliques.

    Le patient doit refuser les aliments gras et frits afin de réduire les dépôts de cholestérol dans les vaisseaux. Les patients obèses doivent normaliser leur poids. Il est également nécessaire d'abandonner la consommation d'alcool et de café.

    Une bonne nutrition est une source naturelle de vitamines, de minéraux et d'autres substances essentielles à la santé des os.
    Avec la nourriture peut venir:

    1. Chondroprotecteurs.
      Les acides gras oméga-3 sont essentiels à la protection des articulations. Beaucoup de ces acides dans l'huile de lin. Il est recommandé de boire 2 c. huile par jour.
    2. Minéraux
      Le calcium, le magnésium et le fluorure sont nécessaires à la santé des os. On trouve beaucoup de calcium dans les légumineuses, le pain de seigle, les épinards, les pêches, les mûres et les grains de blé germés. Le magnésium est riche en pain de seigle, son, sarrasin, haricots, citrouille, noix, menthe. La source de fluor peut servir de pois verts, concombres, champignons, pommes, noix, germe de blé.
    3. Vitamines.
      Les vitamines B se trouvent dans de nombreux aliments: légumineuses, céréales, brocoli et autres variétés de chou, oignons, carottes et épinards.

    Il est important d'utiliser le maximum de produits sous forme brute, non traitée thermiquement! Cela aidera à préserver toutes les vitamines et tous les oligo-éléments sous une forme organique, facilement digestible.

    Réhabilitation

    La réponse naturelle des patients atteints de nécrose aseptique consiste à réduire la charge sur l'articulation touchée. Cependant, il n'est pas conseillé de décharger complètement l'articulation, car cela entraîne une atrophie musculaire et ne fera qu'aggraver l'état du patient.

    Le traitement de la maladie comprend un exercice modéré. Si l'articulation de la hanche, du genou ou de la cheville est touchée, il est conseillé au patient de marcher à un rythme moyen pendant au moins un quart d'heure par jour. Très utile pour monter les escaliers.

    Pour un prompt rétablissement, il est recommandé au patient de se soumettre à une thérapie physique. Un ensemble d'exercices est sélectionné individuellement, en tenant compte de la localisation et du stade de la maladie.

    Écrivez dans les commentaires sur votre expérience dans le traitement des maladies, aidez les autres lecteurs du site!
    Partagez des contenus sur les réseaux sociaux et aidez vos amis et votre famille!

    Nécrose avasculaire de la tête fémorale

    Nécrose aseptique de la tête fémorale

    Pour le traitement des articulations, nos lecteurs utilisent avec succès Artrade. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.
    Lire la suite ici...

    Une maladie appelée nécrose aseptique de la tête fémorale est assez courante. Les femmes en sont malades plusieurs fois moins souvent que les hommes. Il est caractéristique que les 2/3 des patients soient des jeunes de 20 à 45 ans. C'est une maladie qui progresse rapidement.

    En l'absence de traitement approprié, il risque de provoquer un dysfonctionnement de l'articulation et, par conséquent, une perte de capacité de travail.

    C'est pourquoi il est important de ne pas passer à côté des premiers symptômes de la maladie.

    Les principales causes de la maladie

    La tête du fémur est un compartiment fermé sensible aux perturbations circulatoires qui modifient l'architectonique de l'os.

    L'irrigation sanguine de la tête se fait par trois petites artères. Lorsque l'un d'eux interrompt (perturbe) l'écoulement du sang, une nécrose (ischémie, nécrose) se produit dans cette zone de la tête alimentée par l'artère endommagée.

    L'essence de la nécrose asthénique est une violation de la microcirculation et une nécrose supplémentaire de la zone osseuse dans la tête de l'os du fémur. En conséquence, l'intégrité du cartilage recouvrant cette zone est perturbée et une arthrose déformante secondaire se développe.

    Causes vasculaires

    Causes courantes d'arrêt de la circulation sanguine de l'artère pour la tête de la cuisse

    • compression ou torsion d'une artère en cas de blessure,
    • son blocage avec un petit thrombus,
    • congestion veineuse,
    • vasospasme prolongé
    • augmentation de la viscosité du sang
    • sortie veineuse altérée.

    Les troubles vasculaires augmentent la pression intra-osseuse, entraînant la destruction mécanique du tissu osseux.

    Sur la théorie mécanique

    La théorie vasculaire des causes est complétée par une théorie «mécanique». Selon sa responsable du fémur, elle souffre de "surmenage".

    Des impulsions à ce sujet sont envoyées au cortex cérébral.

    Les signaux de retour conduisent à un vasospasme ou à une stase sanguine, à une perturbation des processus métaboliques, à une accumulation de substances de désintégration dans l'os.

    De ce fait, les propriétés physicochimiques et structurelles de l'os se modifient progressivement et sont détruites avec la difficulté de la circulation sanguine locale.

    Troubles de l'échange et états pathologiques

    Parmi elles, les principales causes de maladie sont:

    • consommation prolongée de boissons alcoolisées;
    • utilisation à long terme de corticostéroïdes à fortes doses; les patients souffrant d'arthrite ou d'asthme bronchique prennent des hormones corticostéroïdes pendant une longue période (métipred, prednisone, etc.);
    • pancréatite chronique;
    • fortes doses de rayonnement;
    • maladie des caissons;
    • l'ostéomyélite;
    • drépanocytose et autres maladies
    • blessures (contusion à la hanche, luxation de l'articulation de la hanche, fracture de l'os de la hanche, etc.).

    L'une des causes de la maladie est une anomalie congénitale sous la forme d'une luxation de la hanche (dysplasie de la hanche).

    Symptômes et diagnostic de la maladie

    Étapes de la nécrose aseptique de la tête de la hanche avec des symptômes distinctifs:

    1. Initiale. La douleur est la manifestation clinique initiale. Il atteint son maximum et devient insupportable au cours des deux ou trois premiers jours. Il apparaît généralement dans l'aine, moins fréquemment dans la hanche, le genou et le bas du dos. L'articulation conserve toute sa mobilité.
    2. La seconde est une fracture d’impression. Le patient présente une douleur persistante et intense dans l'articulation, même au repos. Des troubles vasculaires se développent pendant plusieurs jours à six mois. Atrophie possible des muscles de la cuisse. La jambe douloureuse est réduite en volume. Le mouvement est limité. Une légère boiterie est notée dans la démarche.
    3. La troisième est l'arthrose secondaire. Pendant 6-8 mois, les faisceaux osseux sont détruits, la tête du fémur est déformée. Il y a des douleurs sévères dans l'articulation. Le mouvement est limité de trois manières. En marchant, douleur au début, boiterie modérée, le désir de soutien est noté
    4. Le quatrième. Lorsque la maladie dure plus de 8 mois, la tête est complètement détruite. Douleur constante dans les articulations de la hanche et du genou, dans le bas du dos. Le mouvement est fortement limité. L'atrophie des muscles des fesses et des cuisses est fortement prononcée. La jambe douloureuse devient plus courte, pour une version plus lourde, elle est étendue.

    Méthodes de diagnostic

    Les méthodes couramment utilisées pour diagnostiquer une maladie comprennent:

    1. IRM Le stade précoce est détecté par imagerie par résonance magnétique ou tomographie par ordinateur. Cette méthode de diagnostic presque 100% révèle une maladie quand une radiographie "ne la voit pas". Par conséquent, au cours des premières semaines de la maladie, le diagnostic par IRM est une priorité.
    2. Rayons X. La nécrose aseptique sur la radiographie n’est rendue visible qu’à 2 ou 3 stades de la maladie. Lorsque la maladie a une «expérience» de plus d’un an, ses signes sont très clairement représentés sur les images. À ce stade, le tomogramme n'est pas nécessaire.
    3. Balayage radio-isotopique. Cette méthode montre une absorption inégale d'un médicament radioactif par les tissus osseux pathologiques et normaux. La dose administrée du médicament sert de «marqueur» à la zone anormale de l’os. Le résultat est une image en deux dimensions où les zones osseuses affectées sont visibles.

    Traitement et soulagement de la douleur de manière conservatrice.

    Traitement médicamenteux

    Les principaux groupes de médicaments utilisés pour traiter une maladie comprennent:

    • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, tels que le diclofénac, l'indométacine, le piroxicam, la butadione, etc. Ils aident à réduire la douleur à la cuisse et à l'aine. Ce groupe de médicaments ne guérit pas la maladie. Mais grâce à l'effet analgésique, le spasme musculaire réflexe est empêché en cas de douleur. Ces médicaments sont particulièrement efficaces au cours des six premiers mois de la maladie.
    • Les vasodilatateurs, par exemple, trental, teonicor. Ils éliminent la stagnation dans la circulation sanguine. En conséquence, le flux sanguin artériel est activé et les spasmes de petits vaisseaux sont éliminés. Réduction de la douleur vasculaire nocturne dans l'articulation touchée. Efficace dans les 6-8 premiers mois de la maladie.
    • Réducteurs d'os. Pour stimuler le processus de récupération, aidez les fonds en vitamine D (calcium D3 forte, oksidevit, natekal D3, etc.). Ces médicaments contribuent à l'accumulation de calcium dans la tête de l'os de la hanche touché.
    • Les calcitonines stimulent efficacement la formation osseuse et éliminent la douleur osseuse. Ceux-ci incluent miacalcic, sibacalcin, alostin, etc.
    • Les chondroprotecteurs (sulfate de chondroïtine et glucosamine) enrichissent le tissu cartilagineux et restaurent la structure du cartilage détruit. Le traitement donne effet dans la période de la maladie à partir de 8 mois.

    Gymnastique thérapeutique et massage

    La gymnastique médicale est l'une des méthodes les plus importantes de traitement de la nécrose de la tête fémorale. Sans cela, il est impossible de surmonter la détérioration progressive de la circulation sanguine dans la région de la tête fémorale et l’atrophie musculaire croissante des cuisses.

    Il est nécessaire de choisir des exercices pour renforcer les muscles et les ligaments de la jambe douloureuse. Et il ne devrait y avoir aucune pression sur la tête de l'os de la cuisse sans flexion-extension active des jambes.

    Un exemple d'exercice statique consiste à soulever légèrement une jambe droite en position couchée sur le dos. La jambe continue de prendre du poids. La fatigue va apparaître, bien que les articulations ne fonctionnent pas. Une série d'exercices doit être soigneusement pensée avec votre médecin.

    Le massage thérapeutique est utilisé comme méthode de traitement supplémentaire. Mais si vous le faites correctement, sans pression flagrante, cela apportera de réels avantages. Avec un massage des muscles fémoraux et du dos améliore la circulation sanguine.

    Règles orthopédiques

    A leur avis, cela menace:

    • hypertrophie musculaire progressive,
    • la formation du syndrome douloureux persistant,
    • violation des stéréotypes moteurs.

    Pour faciliter le parcours et réduire la durée de la maladie sont nécessaires:

    • marcher jusqu'à 20 min. allure moyenne
    • monter les escaliers
    • la natation,
    • exercices sur le vélo d'exercice,
    • utiliser une canne dans les premières semaines et lors de longues promenades,
    • combattre le surpoids.

    Il est nécessaire d’exclure les charges d’inertie sur le joint sous forme de levage de poids, de saut, de course.

    Traitement chirurgical de la maladie

    L'intervention chirurgicale est utilisée lorsque les agents conservateurs ne sont pas concluants.

    Décompression de la tête fémorale

    La méthode opératoire de décompression consiste à percer un canal dans la zone de la tête fémorale sans débit sanguin. La perceuse longe le grand trochanter et le col de l'os de la hanche.

    • une augmentation de l'apport sanguin de cette zone en raison de la croissance de nouveaux vaisseaux dans le canal formé (ponction),
    • diminution de la pression intraosseuse dans la tête fémorale.

    En réduisant la pression chez 70% des patients, la douleur est réduite.

    Greffe d'autogreffe de péroné

    Contrairement à la décompression, un fragment d'os fibulaire situé sur le pédicule vasculaire est transplanté dans la cavité forée. Une telle greffe de votre propre corps améliore la circulation sanguine et renforce le col fémoral.

    Arthroplastie de la hanche

    Il consiste à remplacer complètement l'articulation de la hanche endommagée par une articulation artificielle. Une broche en titane (ou en zirconium) avec une tête artificielle au bord de l'articulation est insérée dans la cavité formée de l'os du fémur et fixée.

    Simultanément, la deuxième partie d'articulation de l'articulation est actionnée en insérant le lit concave pour y faire tourner la nouvelle tête. Une intervention correctement effectuée élimine la douleur et rétablit la mobilité articulaire.

    Dans une autre partie des patients, l'état se stabilise, ce qui ne les amène pas à des mesures chirurgicales.

    Vidéo: Quelles maladies systémiques peuvent provoquer l'apparition d'une nécrose du VHB

    Qu'est-ce que l'ostéonécrose?

    L'ostéonécrose, ou nécrose avasculaire, résulte de multiples troubles qui détruisent les articulations et entraînent la mort des os. Dans la plupart des cas, cette maladie affecte la tête de l'os de la hanche.

    Les causes de l'ostéonécrose sont divisées en deux groupes principaux - directs et indirects. En outre, de nombreux facteurs de risque ont été identifiés, dont les plus caractéristiques sont la consommation excessive de boissons alcoolisées, le tabagisme et l'utilisation à long terme de médicaments à base de glucocorticostéroïdes.

    Les causes

    La nécrose de l'articulation de la hanche commence à la suite d'une circulation sanguine normale altérée le long du fémur. En l'absence d'un apport sanguin stable, les cellules osseuses meurent progressivement, l'articulation de la hanche est détruite et l'arthrite commence à se développer. Le plus souvent, les deux articulations sont touchées.

    La tranche d'âge des patients est assez large, l'indicateur moyen de la limite inférieure est de 40 ans. Les hommes sont plus souvent malades que les femmes. Les causes directes de la nécrose sont:

    • Blessures - fractures, entorses, barotraumatismes.
    • Chimiothérapie et radiothérapie.
    • Faible coagulation et maladies associées.
    • Glucosylcéramide lipidose (maladie de Gaucher), leucémie.
    • Certaines maladies du tube digestif.
    • Dysfonctionnement du foie.
    • Lupus érythémateux systémique.
    • Anémie Kyuli.
    • La grossesse
    • Maladie des caissons.
    • Transplantation d'organes

    Dans près de 15% des cas, la nécrose est due à une prédisposition héréditaire, sans cause prononcée.

    Les médecins ont une théorie sur le «surmenage» d’un organe, c’est-à-dire que, avec l’âge, le fémur accumule la fatigue en envoyant des impulsions appropriées au cerveau. La réponse est un spasme vasculaire, accompagné d'une stagnation du sang et d'une détérioration du flux sanguin, ce qui conduit à la "famine" du tissu osseux. Ce phénomène entraîne des modifications irréversibles de la structure osseuse et sa destruction finale par la suite.

    La cause la plus courante d'ostéonécrose est une fracture avec déplacement du fémur, qui est plus susceptible aux personnes âgées. Les fractures déplacées peuvent affecter les vaisseaux sanguins qui alimentent le sang en os, ce qui entraîne la mort des os. Ce processus se produit principalement dans la cuisse et n'est pas typique des autres parties du corps.

    En l'absence de facteurs traumatiques, une ostéonécrose dite non traumatique se développe, résultant du blocage de petits vaisseaux alimentant certaines zones du sang en sang. La cause directe dans ce cas sont les fortes doses d'hormones, les corticostéroïdes et la consommation excessive de boissons alcoolisées.

    La nécrose aseptique de l'articulation de la hanche progresse rapidement; par conséquent, vous devriez consulter un médecin dès les premiers symptômes de la maladie pour prévenir les complications. Un traitement tardif peut entraîner un empoisonnement du sang et même la perte de membres.

    Les symptômes

    L'ostéonécrose passe par quatre étapes de la pathogenèse, chacune caractérisée par différentes manifestations:

    • Étape 1 Elle commence par une douleur soudaine dans la région pelvienne, qui se contracte dans le dos, l’aine et les genoux. Le syndrome douloureux augmente tous les jours et, dès le troisième jour, il devient difficile à supporter. La mobilité de l'articulation dans le même temps reste la même.
    • Étape 2 La douleur ne s'arrête pas même au repos, le processus d'atrophie musculaire et de troubles vasculaires commence. Il existe une soi-disant fracture par impression, dans laquelle la jambe malade a un volume réduit, et il y a une boiterie en raison de la mobilité limitée de l'articulation. La phase 2 dure de une semaine à plusieurs mois.
    • Étape 3 L'arthrose secondaire commence - la tête de la hanche est déformée, l'os est détruit. Le processus provoque une douleur intense et limite considérablement les mouvements. Une boiter en marchant augmente. La durée de la troisième étape est de 6 à 8 mois.
    • Étape 4. En l'absence de traitement adéquat pendant six mois ou plus, l'os est complètement détruit, accompagné d'une douleur incessante. En dépit du mouvement extrêmement limité, il fait mal près de la moitié du corps - les hanches, la taille et les genoux. Les muscles de la région pelvienne vont s'atrophier.

    Diagnostics

    Pour établir un diagnostic précis à un stade précoce, appliquez la méthode de l’imagerie par résonance magnétique. Les nécroses des deuxième et troisième stades sont détectées à l'aide de clichés radiographiques, qui montrent clairement le degré d'endommagement de la partie articulaire et la gravité de la maladie. Il n'est pas nécessaire de faire une IRM à ces étapes.

    Si vous souhaitez identifier la lésion, appliquez un balayage par radio-isotope - une image en deux dimensions obtenue par une telle étude est très informative.

    Il convient de noter que le diagnostic de la maladie est difficile en raison de l’absence de norme de classification permettant de déterminer correctement le stade et de prédire l’évolution de la nécrose. Les médecins classent les stades de développement de différents points de vue, conformément à la pratique établie. Il est donc extrêmement difficile de comparer les résultats de plusieurs études. Pour déchiffrer les signes porteurs de rayons X, on utilise actuellement 16 systèmes de classification. Près de 90% de toutes les recherches menées depuis le début des années quatre-vingt du siècle dernier en ont principalement utilisé quatre:

    • Fikata et Arleta.
    • Université de Pennsylvanie.
    • Association de recherche de la circulation osseuse.
    • Association des orthopédistes au Japon.

    Les paramètres suivants ont été considérés comme les plus acceptables du point de vue de la systématisation et de l’homogénéité des données:

    Pour le traitement des articulations, nos lecteurs utilisent avec succès Artrade. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.
    Lire la suite ici...

    • Les défauts osseux doivent comporter deux étapes: avant et après l'effondrement, la meilleure prédiction dans le premier cas, avant le début de l'effondrement.
    • La taille du secteur nécrotique doit être évaluée.
    • Moins l'os est endommagé, plus le pronostic est favorable.
    • La taille de l'effondrement du haut du fémur, ainsi que le nombre de zones comprimées, sont évalués.
    • Un pli ne dépassant pas 2 mm a des perspectives plus positives.
    • En cas de défaut du cotyle, sa description est nécessaire.
    • Une arthrose suspectée limite le choix du traitement.
    • L'indice d'effondrement - symptôme du croissant - est nécessairement fixé.
    • La présence de sclérose en plaques et de kystes est notée.

    L’interprétation de photographies d’études radiologiques utilisant la méthode de Ficata et Arlet comporte plusieurs étapes:

    • 1 - la norme;
    • 2 - modifications de la nature sclérotique ou des kystes, la fracture sous-chondrale est absente;
    • 3 - l'apparition de l'effondrement, comme en témoigne le symptôme du croissant ou du bord saillant de l'os sous-chondral;
    • 4 - la présence d'arthrose avec rétrécissement de la fissure articulaire et des ostéophytes.

    Traitement

    Le traitement de la nécrose de l'articulation de la hanche associe thérapie médicamenteuse, thérapie physique et massage. Les médicaments pharmaceutiques prescrits par le médecin traitant, sont les groupes suivants:

    • AINS - Diclofenac, Ibuprofen, Piroxicam, Indomethacin. Les médicaments de ce groupe soulagent les spasmes musculaires réflexes, provoquent des douleurs, aident également à augmenter l'activité motrice et réduisent l'inflammation.
    • Préparations pour l'expansion des vaisseaux sanguins - Tental, Theonikor. Nommé pour améliorer l'approvisionnement en sang de l'articulation et éliminer la stagnation dans les vaisseaux. En raison de l'action vasodilatatrice, ces agents normalisent le flux sanguin et soulagent le patient des douleurs nocturnes.
    • Complexes de vitamines contenant du calcium et de la vitamine D - Oksidevit, Natekal D3. L'utilisation de ces produits pharmaceutiques aide à reconstituer les réserves de calcium de l'organisme et stimule la récupération du tissu osseux.
    • Chondroprotecteurs - Hondroxide, Glucosamine, Hyaluron, Artra, Alflutol, Dona. Différentes formes de ces médicaments vous permettent de les prescrire localement et sous forme de comprimés ou d'injections. Les chondroprotecteurs sont efficaces à tous les stades de la maladie.

    Dans les cas où le traitement n'a pas l'effet escompté et que la nécrose des tissus osseux et articulaire se poursuit, le patient subit une opération.

    Intervention chirurgicale

    À ce jour, 3 types d'opérations sont effectués avec nécrose: décompression de la tête fémorale, greffe de la région endommagée de l'os et remplacement de l'articulation. Le type de chirurgie qui sera le plus efficace dans chaque cas, le médecin décide en fonction des données du patient.

    Le remplacement complet ou partiel d'une articulation est la méthode chirurgicale la plus efficace. Elle permet de retrouver les fonctions perdues, même dans les situations difficiles, en cas de constriction importante de l'articulation et d'arthrose. Dans 95 cas sur 100, le remplacement complet de l'articulation avait un effet très positif sur la santé et le bien-être des patients.

    Grâce aux technologies et aux équipements modernes, l’opération d’une articulation artificielle peut être très longue - 15 ans ou plus. Cependant, pour les jeunes, il est préférable de procéder au remplacement partiel de l'organe - arthroplastie, au cours duquel la tête du fémur est fermée par un capuchon métallique. Si le cotyle est endommagé, il est remplacé par le même capuchon.

    Ces dernières années, les opérations de remplacement partiel de l'articulation sont beaucoup moins fréquentes. La raison en est la fréquence élevée d'effets secondaires sous forme de réactions locales dans l'articulation elle-même ou à proximité, ainsi que l'échec de la prothèse, qui cesse de se courber et de se plier.

    À la suite d’une blessure ou d’autres facteurs, la destruction des os peut également affecter l’articulation articulaire du genou. La nécrose aseptique de l'articulation du genou est traitée avec les mêmes préparations que la nécrose de la hanche. Dans les cas extrêmes, le remplacement de l'endoprothèse est le plus souvent utilisé, c'est-à-dire le remplacement de l'articulation détruite par un analogue artificiel.

    Ostéonécrose bisphosphonate

    La maladie de la mâchoire de nature nécrotique provient du traitement de maladies oncologiques avec des bisphosphonates, qui sont également utilisés dans l'ostéoporose ou la maladie de Paget pour prévenir la fragilité des os. L'ostéonécrose est dans ce cas une complication du traitement antirésorption. Elle se caractérise par la mort progressive et l'exposition du fragment osseux pendant au moins 8 mois. Il convient de noter que le diagnostic est établi en raison de l'absence, dans les antécédents du patient, de radiothérapie à la tête et au cou.

    Le «syndrome de la mâchoire mortelle», causé par les bisphosphonates, est un phénomène irréversible et l'interruption de ces médicaments ne garantit pas un traitement curatif. Cependant, le respect de certaines règles aidera à prévenir le processus:

    • Une visite chez le dentiste avant le traitement oncologique et la réalisation de toutes les procédures nécessaires à la rééducation de la cavité buccale.
    • Les dossiers médicaux dentaires devraient contenir des informations sur le diagnostic d'oncologie et le traitement anticancéreux utilisé.
    • Il est souhaitable que le dentiste et l'oncologue aient la possibilité de se contacter mutuellement - leurs numéros de téléphone ou d'autres moyens de communication.
    • Respect de toutes les recommandations du dentiste en matière d'hygiène buccale.

    Nécrose de l'humérus

    L'ostéonécrose de la tête humérale, ou maladie de Hass, est une affection caractérisée par la destruction progressive de l'os spongieux de l'articulation de l'épaule. La maladie est assez rare, son apparition est largement facilitée par l'utilisation de corticostéroïdes. Une caractéristique distinctive de ce type de nécrose est l'exclusion de toute méthode de traitement conservateur, uniquement chirurgicale.

    Étant donné que l'humérus est impliqué dans la formation de deux articulations articulaires - l'huméral et l'ulna, leurs fonctions motrices sont altérées. Les méthodes chirurgicales sont utilisées dans la grande majorité des cas en raison du développement rapide et irréversible de la maladie, entraînant une invalidité.

    En résumé

    La mort osseuse due à un mauvais apport sanguin se produit souvent dans les articulations des articulations de la hanche et de l'épaule, mais peut également toucher d'autres grosses articulations - la cheville ou le poignet. Il convient de noter qu’à ses débuts, la maladie ne se manifeste pas et que le patient commence à ressentir une douleur au niveau du pelvien, de l’épaule ou de la cheville avec un processus de destruction actif. Un traitement conservateur ralentit l'évolution de la maladie, mais pas toujours - de nombreux patients ne peuvent qu'espérer une issue favorable de l'opération.

    Les possibilités de la médecine moderne permettent d'obtenir de bons résultats, notamment dans le cas d'arthroplastie: la fonction motrice de l'articulation est entièrement restaurée et la douleur disparaît.

    Dans la coxarthrose de l'articulation de la hanche, les symptômes et le traitement sont étroitement liés, c'est-à-dire que le choix des mesures thérapeutiques dépend de l'intensité des manifestations. Cette pathologie est très fréquente (surtout chez les personnes âgées) et peut modifier de manière significative tout le mode de vie, en réduisant les performances, en limitant la mobilité et en provoquant des douleurs. La seule option est la détection rapide et le traitement adéquat, ce qui permettra d’éliminer les rechutes et le développement d’un processus destructeur.

    Il convient de rappeler qu'une maladie négligée (coxarthrose de degré 3) peut avoir des conséquences graves, y compris une immobilisation complète, et que, par conséquent, la maladie ne doit pas être traitée négligemment.

    Essence de pathologie

    Coxarthrose - qu'est-ce que c'est? Maintenant, nous comprenons quelle est cette maladie grave. À la base, il s’agit d’une arthrose déformante de l’articulation de la hanche qui évolue de façon chronique et se caractérise par le développement d’un processus dégénératif - dystrophique détruisant le tissu cartilagineux. À leur tour, les dommages causés aux coussinets cartilagineux endommagent d'autres éléments de l'articulation, en particulier le tissu osseux, avec formation de croissances (ostéophytes). La pathologie a un mécanisme polyétiologique et de nombreux effets exogènes et endogènes peuvent être des facteurs provoquants. La dégradation physiologique (âge) des tissus articulaires occupe la première place dans l’étiologie.

    La photo 1 illustre la nature de la pathologie. Sur le plan anatomique, l'articulation de la hanche est considérée comme l'une des plus grandes articulations osseuses du système musculo-squelettique humain. Cette articulation combine l'acétabulum de l'os pelvien avec la tête du fémur. La cavité est recouverte d'une couche de cartilage qui joue le rôle d'amortisseur et de lubrifiant, éliminant ainsi le contact direct des surfaces osseuses solides.

    La fonction lubrifiante est assurée par le liquide synovial qui, lorsque le cartilage est comprimé, est libéré dans l'espace articulaire entre les os et, lorsque la pression est supprimée, il est renvoyé dans le tissu cartilagineux. En d'autres termes, le joint fonctionne comme une éponge. En même temps, le cartilage ne possède pas de vaisseaux sanguins et toute sa nutrition est fournie par ce fluide, qui est formé à partir du plasma sanguin avec l'addition d'acide hyaluronique. En raison de sa composition, il régule les processus métaboliques et pénètre dans le système immunitaire.

    La coxarthrose déformante est en grande partie due à une synthèse altérée du liquide synovial (intra-articulaire) et à des modifications de sa composition, qui altèrent de manière significative la nutrition du tissu cartilagineux, entraînant sa destruction progressive. Le résultat du développement de la pathologie est présenté sur la photo 2.

    Au cours de l'évolution chronique de la maladie, le cartilage touché cesse de remplir pleinement ses fonctions de protection, il s'amincit et l'articulation se rétrécit. Quand il est complètement fermé, les os entrent en contact direct et le frottement détruit leur surface. Pour éviter le contact avec les os, le corps active un réflexe protecteur - des excroissances sur les os, appelées ostéophytes, commencent à se former.

    La progression de la coxarthrose de l'articulation de la hanche implique d'autres éléments de l'articulation dans le processus de destruction: ligaments, muscles, vaisseaux sanguins et processus nerveux. En fin de compte, la physiologie et la biomécanique des articulations de la hanche sont considérablement altérées.

    Variétés de pathologie

    Selon le mécanisme de l'étiologie, la coxarthrose peut être primaire et secondaire. La forme primaire de la maladie affecte des articulations complètement saines jusque-là sous l'influence de divers facteurs. Alors que la variété secondaire se développe dans les articulations, le cartilage présente des anomalies structurelles. Parmi les types secondaires de la maladie figurent les options suivantes:

    • arthrose dysplasique, caractérisée par une anomalie congénitale de la formation des articulations et se manifestant à un âge précoce;
    • malformations congénitales, en particulier luxation de la hanche;
    • Maladie de Koenig: ostéochondrose du type à dissection;
    • Maladie de Perthes: une pathologie du type d'ostéochondropathie avec une lésion de la tête fémorale;
    • nécrose aseptique, qui affecte généralement la tête de l'os pelvien.

    La source de la destruction initiale peut être localisée dans différentes zones des articulations. Sur la base de cet indicateur, on distingue les types de pathologie suivants:

    • la destruction de la partie supérieure (pôle) de la hanche avec le développement à un âge précoce, ce qui provoque un syndrome douloureux important;
    • destruction de la zone articulaire inférieure (pôle), généralement sans douleur apparente;
    • destruction de la zone centrale ou coxarthrose centrale; a un tableau clinique assez favorable.

    En tenant compte des causes de la maladie, la classification suivante est faite:

    1. Type involutif. L'arthrose est causée par des processus de dégradation liés à l'âge. Il a une manifestation prononcée chez les personnes de plus de 55 ans.
    2. Espèces dysplasiques. Il a une nature congénitale.
    3. Coxarthrose idiopathique. En règle générale, la forme primaire, dont les causes ne peuvent pas être établies.
    4. Type post-traumatique. Un type typique de maladie provoquée par des blessures graves à la hanche. Les plus dangereuses dans ce cas sont les fractures de l'os pelvien ou de la tête fémorale.
    5. Type de pathologie post-infectieuse. Il survient après des lésions infectieuses de l'articulation. La cause en est souvent la polyarthrite rhumatoïde.
    6. Option d'échange ou dyshormonale. Elle est causée par des maladies associées à des troubles métaboliques ou à des déséquilibres hormonaux. Peut être déclenché par la prise d'hormones ou de corticostéroïdes.

    Étiologie du phénomène

    Les signes de classification de la pathologie font apparaître des mécanismes étiologiques importants: traumatismes, anomalies congénitales, troubles hormonaux et métaboliques, processus infectieux et inflammatoires, vieillissement tissulaire lié à l'âge. Les blessures sont la cause la plus fréquente de la maladie. En particulier, la subluxation intra-utérine de la tête fémorale devient le facteur décisif du développement d'une coxarthrose à caractère dégénératif dans près de 22% des cas et touche davantage les femmes. Les autres facteurs incluent les blessures suivantes:

    • fractures de la hanche, du bassin et du cotyle;
    • fractures de la tête fémorale avec violation de l'angle cervical-diaphysaire.

    Les autres effets provoquants sont les suivants:

    • varices, provoquant une circulation sanguine altérée dans l'articulation;
    • maladies de la colonne vertébrale (scoliose, lordose, hernie);
    • tumeurs de nature bénigne et oncologique;
    • La maladie de Paget;
    • spondylarthrite ankylosante et polyarthrite rhumatoïde;
    • surcharge physique excessive et prolongée;
    • régime alimentaire malsain;
    • surpoids et obésité;
    • mode de vie hypotension.

    Les statistiques affirment que près de 40% de tous les cas de coxarthrose surviennent lors de blessures et de surcharge physique. Presque autant de maladies sont de type idiopathique.

    Manifestations symptomatiques

    Lorsque l'arthrose de l'articulation de la hanche se développe, les symptômes apparaissent en fonction du type de pathologie, de son stade et des caractéristiques individuelles de l'organisme. Signes typiques de coxarthrose:

    • syndrome douloureux d'intensité différente;
    • restriction de la mobilité articulaire;
    • gonflement.

    Au fur et à mesure que la maladie progresse, une articulation déformée est détectée, des modifications de la démarche apparaissent et une boiterie est observée. L'option ultime est l'immobilisation complète.

    Les changements intra-articulaires sont perceptibles sur les radiographies.

    En cas de coxarthrose de l'articulation de la hanche, les symptômes latents comprennent de tels changements articulaires:

    • réduction de l'espace articulaire jusqu'à sa fermeture complète;
    • croissance des ostéophytes;
    • modifications structurelles du cartilage et des tissus environnants.

    De par la nature de la lésion, on distingue 2 types de pathologie: la coxarthrose unilatérale et bilatérale. Le premier type se manifeste comme une lésion d'une seule articulation et désigne le plus souvent la forme primaire de la maladie. L'arthrose bilatérale affecte les deux articulations.

    Gravité de la pathologie

    Selon la gravité des signes externes et intra-articulaires de la coxarthrose, on divise la gravité de la maladie:

    1. Coxarthrose de l'articulation de la hanche 1 degré. C'est le stade initial de la maladie. Les symptômes ne sont pas prononcés. Le premier signe d'une pathologie naissante peut apparaître sous la forme d'une gêne ou d'une douleur légère dans la région de l'articulation après un stress considérable. Il part rapidement après une pause. Une radiographie indique un léger rétrécissement de l'interligne articulaire.
    2. Arthrose de la hanche à 2 degrés. Se développe en l'absence de traitement au stade initial et se caractérise par l'apparition de signes plus prononcés. À ce stade, les signes suivants sont notés: des troubles de la mobilité articulaire apparaissent (l’extension peut aller jusqu’à 22 ° et la flexion est inférieure à 110 °, avec une amplitude de réduction inférieure à 39 ° et les dérivations sont de 44 °, les mouvements de rotation étant les plus nettement limités); le syndrome douloureux augmente et la douleur donne à l'aine, au genou; les sentiments douloureux d'un caractère gémissant apparaissent au repos, ce qui est souvent causé par l'addition d'une réaction inflammatoire; crepitus se produit, c'est-à-dire sons spécifiques en conduisant; apparaissent les premiers signes d’un changement de démarche - légère boiterie; les radiographies montrent des perturbations (croissance ostéophyte, légère déformation de la tête fémorale avec modification de son contour, rétrécissement de l'interligne articulaire de près de 35% de la taille normale, déplacement de l'os de la hanche vers le haut).
    3. Coxarthrose 3 degrés. Il est considéré comme une étape négligée du développement de la maladie. Il est décrit par les symptômes suivants: atrophie musculaire importante; douleur persistante (même la nuit); violation de la biomécanique articulaire. La coxarthrose de grade 3 est caractérisée par une déformation marquée des articulations, qui se traduit par une distorsion du bassin, un raccourcissement des jambes. La démarche acquiert une forme spécifique - démarche de "canard". La radiographie montre une distorsion importante de la tête osseuse, la croissance de gros ostéophytes, la disparition pratique de l'interligne articulaire et l'épaississement du col du fémur.
    4. Coxarthrose grade 4. Cela peut déjà être assimilé à l'invalidité d'une personne malade. La quatrième étape du développement de la pathologie implique une nécrose tissulaire, une immobilisation grave (et parfois complète), une perte d’aptitude au travail. En cas de maladie de ce degré, le traitement avec des méthodes conservatrices ne donne pas de résultats positifs et la seule option reste donc une intervention chirurgicale.

    Comment la pathologie est détectée

    Le schéma thérapeutique n'est développé qu'après un diagnostic précis de la coxarthrose avec établissement de la localisation de la lésion et de l'étendue de la lésion. Il est important de différencier la pathologie des autres maladies articulaires, qui peuvent se manifester de manière similaire de l'extérieur.

    Le diagnostic est établi en fonction des résultats des principales études de diagnostic suivantes:

    1. Rayons X. C'est la méthode de diagnostic la plus courante, qui vous permet d'évaluer les modifications de la géométrie de l'interligne articulaire, d'identifier les ostéophytes et de déterminer l'état de la tête fémorale.
    2. Échographie. La technique est suffisamment informative pour permettre un diagnostic initial avec la détermination de la localisation de la zone touchée, du nombre de lésions et l'évaluation de l'état du cotyle, ainsi que des violations des éléments ligamentaires.
    3. Tomographie par ordinateur. Il vous permet d'obtenir des images détaillées en trois dimensions, spécifiant le diagnostic.
    4. Imagerie par résonance magnétique (IRM). Elle est considérée comme la méthode de diagnostic la plus précise. Avec celui-ci, vous pouvez explorer les couches articulaires par couche, déterminant même les anomalies microscopiques de la structure osseuse et cartilagineuse.

    Réaliser des mesures thérapeutiques

    Lorsque la coxarthrose de la hanche est diagnostiquée, le traitement est prescrit en tenant compte de la gravité de la maladie et des caractéristiques individuelles de l'organisme. À un ou deux stades, le processus de traitement est généralement basé sur des méthodes conservatrices, mais aux stades 3 à 4, l'effet de guérison du traitement est faible; par conséquent, une intervention chirurgicale est indiquée.

    Le traitement conservateur (coxarthrose) est fourni par des méthodes complexes. Guérir complètement une personne ne réussira pas compte tenu des dommages irréversibles survenus dans l'articulation.

    En réalité, le traitement (coxarthrose) résout les tâches suivantes:

    • fin des changements structurels;
    • normalisation de la mobilité articulaire;
    • soulagement de la douleur;
    • améliorer la circulation sanguine et lymphatique;
    • assurer des processus métaboliques normaux;
    • thérapie symptomatique;
    • réduire le risque de processus inflammatoires;
    • renforcement des muscles et des ligaments;
    • régénération maximale possible du tissu cartilagineux.

    Le traitement complet (coxarthrose) comprend les activités suivantes:

    • thérapie médicamenteuse intensive avec l'utilisation d'agents externes et systémiques;
    • effet physiothérapeutique;
    • physiothérapie et massage;
    • réflexologie;
    • l'utilisation de techniques non conventionnelles.

    Les technologies médicales modernes de traitement de l'articulation de la hanche reposent sur l'introduction de cellules souches afin d'améliorer les processus métaboliques dans les tissus affectés et de stimuler leur régénération.

    Le traitement médicamenteux (coxarthrose) repose sur l'utilisation des catégories de médicaments suivantes:

    1. Anti-inflammatoires non stéroïdiens: Indométhacine, Piroxicam, Kétoprofène, Brufen, Diclofénac. Ils fournissent un effet complexe: l'anesthésie, l'élimination du processus inflammatoire et l'œdème. Movalis est recommandé après un long traitement.
    2. Drogues affectant les navires: "Teonikol", "Trental", "Nikoshpan", "Tsinnarizin". Ils bloquent le "syndrome de douleur vasculaire", qui est le plus intense la nuit.
    3. Myorelaxants: "Mydocalm", "Sirdalud". Destiné à renforcer le système musculaire.
    4. Chondroprotecteurs, c'est-à-dire stimulateurs des processus de régénération dans le cartilage. Des médicaments sont prescrits: "Glucosamine", "Rumalon", "Struktum", "Chondroïtine", "Arteparon".
    5. Stéroïdes hormonaux: «Metipred», «Kenalog», «Hydrocortisone». Ces médicaments sont plus efficaces lorsqu'ils sont administrés directement dans l'articulation.
    6. Fonds pour une exposition locale. Pour le traitement sont largement utilisés pommades, gels, crèmes, lotions, compresses avec des actions anti-inflammatoires, apaisantes, chauffantes et analgésiques.

    Comment traiter l'arthrose de l'articulation de la hanche, le médecin doit décider.

    La pathologie est considérée comme une maladie plutôt dangereuse qui doit être traitée avec des méthodes complexes et efficaces. Les remèdes populaires aident à la maison, mais sans un traitement médical adéquat, la pathologie peut devenir incontrôlable et entraîner de graves complications. Les stades avancés de la maladie entraînent un handicap.